Accueil : Histoire des arts

article « Les Grecs : de sacrés profanes » 2/3     -    publié le 24/02/2011

La civilisation grecque

1 2 3 4 

• V- Les sanctuaires panhelléniques

Définition du panhellénisme : du grec pan, pantos « tout » ce qui se rapporte ou appartient à tous les Hellènes. Dire qui sont les Hellènes.

Introduction
Ces sanctuaires sont capables de fédérer tous les Grecs autour de l’hommage à une divinité. C’est le phénomène panhéllenique. Il existe un cycle de jeux qui commence à Olympie, puis se poursuit à Némée, Delphes et Corinthe.

Les jeux sacrés.
Les jeux athlétiques sont nés en Crète au XV ème s. av. JC, avec la course à pied, le pugilat, le combat contre les taureaux
À l’époque de la Guerre de Troie (1250 av JC) l’apprentissage sportif est indissociable de la formation du guerrier. Ils sont entrainés à des disciplines très variés.
Pour honorer les dieux, des jeux sont organisés dans les grands sanctuaires panhélleniques avec des sacrifices, des processions, des offrandes, des concours musicaux ou théâtraux, des compétitions sportives.
Étaient admis à participer aux Jeux seulement les citoyens grecs (hommes libres adultes, de parents citoyens) sans discriminations sociales. La valeur sportive et intellectuelle reflétait les vertus de la grécité (au delà des contrastes politiques, d’ailleurs la règle pour tout athlète est de venir désarmé. C’est la trêve).
Les Grecs voyaient dans leurs athlètes vainqueurs des divinités-
Ces jeux glorifiaient les qualités physiques des Grecs.

- 1. Delphes, le sanctuaire des jeux pythiques, est le centre religieux le plus important du monde grec.

Le site de Delphes est classé au Patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO
Les sites des sanctuaires étaient choisis pour leur immense beauté, car rien n’était assez beau pour la divinité.
Delphes demeure l’un des sites les plus émouvants de la Grèce antique en particulier en raison de son cadre naturel, sauvage et grandiose.

- 1.a. Fondation mythique de Delphes.

Ce lieu était un site sacré, initialement dédié à Gaïa, protégé par un monstrueux serpent femelle dénommée Python. Ce monstre massacrait les hommes et les bétails qui passaient à sa proximité.
Apollon, décidé à construire un temple superbe sur les flancs du Mont Parnasse, qu’il aimait à parcourir en compagnie des Muses, tua Python d’une flèche terrible.
Afin de commémorer la victoire d’Apollon sur Python, les jeux Pythiques furent organisés et devinrent, au fil du temps, des jeux panhelléniques (communs à toute la Grèce antique) presque aussi importants que les jeux olympiques.
La victoire mythologique traduit le passage d’un état "primal", symbolisé par un serpent (reptile grossier) enfanté de la terre (Gaïa, déesse préhellénique), à un état "avancé" initié par un dieu solaire (Apollon Phébus) armé d’une puissance aérienne subtile (l’arc).
La mythologie nous indique aussi l’origine du nom de Delphes : une fois qu’il eut vaincu le serpent, Apollon s’interrogea sur l’avenir de son culte dans ce nouveau sanctuaire. Il aperçut un bateau de commerce crétois dans la baie, se transforma en dauphin, détourna les marins sur le site. Lorsque les marins, intrigués, se présentèrent à lui, Apollon leur offrit de s’établir dans son sanctuaire et d’en devenir les premiers prêtres.

 

- 1.b. L’Omphalos : le nombril du monde

Le prestige de Delphes était rehaussé sous l’Antiquité par la présence en son centre d’une pierre appelée « Omphalos » ou « nombril du monde ». Selon la mythologie, le dieu Chronos avalait tous ses enfants pour éviter que l’un d’eux ne le détrône. Mais son épouse Rhéa substitua une pierre à son fils dernier-né, Zeus, de sorte que celui-ci échappa à la fringale paternelle. Caché par Rhéa dans une grotte de Crète, il survécut et, devenu adulte, détrôna son père.
Chronos vomit alors tous les enfants qu’il avait précédemment avalés (les futurs dieux de l’Olympe), ainsi que la fameuse pierre que l’on peut encore aujourd’hui admirer à Delphes.

 

Activité Lettres, Histoire et Arts Plastiques : visionner une vidéo du site de Delphes en compagnie de Michel Bouquet, acteur de théâtre et de cinéma. Documentaire des archives vidéo de l’INA
Décrivez le site naturel. Sommes-nous en bord de mer ? Quels sont les trois monuments principaux ? Ont-ils un lien entre eux ? Quel élément intrigant se trouve au centre ? Que dit la mythologie à ce propos ? Y croyez-vous ? Comment présente-t-on Apollon ? Est-ce la présentation traditionnelle que l’on fait de ce dieu ?
« Précédente  1 2 3 4  Suivante » Sur une seule page
Contact
Accessibilité
Mentions légales
RSS
Académie de Poitiers, Rectorat, 22 rue Guillaume VII le Troubadour BP 625 86022 Poitiers Cedex