Compte rendu de l'Université de printemps d'histoire des arts. publié le 12/06/2018  - mis à jour le 14/06/2018

 A 14h :

Le chantier de restauration du Théâtre Napoléon III, ou la traversée d’un rêve.

Par Alayne Gisbert-Mora.

Visite faite par :
Vincent Cochet, conservateur en chef du musée du château de Fontainebleau.
Laura Namias, professeure d’histoire au Lycée Jean-Baptiste Say, académie de Paris.
David Millerou, responsable du département pédagogique au château de Fontainebleau.

Présentation du théâtre de cours :

Théâtre Napoléon III de Fontainebleau.
Source : wikimédia.org

Ce théâtre de cour est resté intact depuis le XIXème siècle. C’est le théâtre de l’entre-soi, il fut aménagé entre 1853 et 1856 dans l’aile de la Belle cheminée pour remplacer l’ancienne Comédie. Cela a impliqué de gros travaux d’adaptation des bâtiments par l’architecte Hector Lefuel prix de Rome en 1839. Il est inauguré en 1857 et ne fonctionne que 10 fois, essentiellement pour des vaudevilles. Les pièces étaient parfois jouées de façon fragmentaire, il ne fallait pas ennuyer les hôtes avec des pièces trop longues.
Les besoins sont spécifiques à un théâtre de cour il faut donc des salles particulières qui servent aux réceptions, Hector Lefuel installe une salle moderne de 400 places, des vestibules, des dégagements, des salons, des logements pour les acteurs et les musiciens sur quatre niveaux, répondant à la hiérarchie sociale imposée à cette époque.
Le niveau du parterre, la première corbeille incluant la loge impériale, la seconde corbeille et, enfin, des loges grillées au dernier niveau. C’est une disposition qui existe déjà à Versailles. Cela permet d’accueillir du public sans qu’il soit vu (le personnel par exemple, des gens de condition plus modeste, qui n’ont pas les moyens de s’offrir de belles toilettes et ne veulent donc pas être aperçus, les veufs, qui n’ont pas le droit d’assister au spectacle mais qui le font quand même de cette façon) . La loge de l’empereur est la vitrine du pouvoir impérial. Tout le monde peut se voir, s’observer, commenter ... L’’empereur se met en scène.

L’entretien du théâtre est très couteux, Napoléon III étant très frileux il exige que le théâtre soit chauffé toute l’année contrairement à l’usage, l’éclairage est également onéreux, de plus les acteurs doivent venir de Paris et apporter leurs décors par trains spéciaux .Il reste actuellement des décors pour 7 à 8 tableaux complets (campagne- forêts- place de village...) On va cesser rapidement d’utiliser ce théâtre qui correspondait en réalité à un caprice de l’empereur. Il tombe dans l’oubli. Il y a une représentation en 1936 puis sous l’occupation.

Comment la lumière agit-elle sur le lieu ?

La conjugaison des soieries capitonnées jaunes, des moquettes fleuries rouge qui sont tendues et clouées sur les parquets et des ornements peints ou en carton créent une atmosphère extrêmement chatoyante et gaie. Le lustre : la lumière est un luxe, un signe de modernité, l’éclairage à la bougie est habituel. On ajoute des lampes à huile pour alimenter la mèche de manière constante et étincelante. La lumière joue un rôle de premier plan, des simulations par informatique ont été faites pour retrouver l’éclairage d’origine.
On recherche l’effet de scintillement et l’éclairage jaune très doux des bougies. La restauration est faite pour retrouver à l’identique cette intensité de la lumière qui influence la perception des couleurs.

La restauration du théâtre :

La décision est prise de le restaurer en 2007, impulsée par le mécénat d’Abu Dhabi qui fait un don qui va permettre d’entamer les travaux.
L’impératrice Eugénie adore les dorures, les fleurs, les décors peints qui dynamisent l’environnement. On restaure à l’identique les tentures, soieries, papiers peints qui sont d’origine. Les fauteuils également. Ils étaient recouverts de housses de lin. Au Second Empire tous les meubles sont protégés. Les housses sont donc refaites .
L’enjeu de la restauration est de sauvegarder au maximum l’authenticité de la matière originale. On considère ce bâtiment comme un lieu muséal le but n’est pas de le faire fonctionner comme un théâtre (sauf exception) .