Comprendre le fonctionnement d'un espace de production à dominante énergétique : Étude de cas : La centrale nucléaire du Blayais publié le 10/04/2015

Troisième- activité pédagogique- TICE-2015

2ème partie : 2 heures

Réaliser une bande dessinée numérique à l’aide de Pixton pour rédiger autrement, comprendre l’essentiel et développer l’esprit de synthèse.

1ère heure :
Chaque groupe d’élèves réfléchit à la façon de transformer son article sous forme de BD : Quels personnages ? Quelles paroles ? Quels « messages » à faire passer ? Ils réalisent les différentes vignettes au brouillon.
Le professeur leur montre l’utilisation de Pixton, site en ligne. Un tutoriel est donné aux élèves dans le carnet de bord.

Logo Pixton

2ème heure :
A partir du brouillon réalisé, les élèves se connectent à Pixton et réalisent leurs vignettes de 3 à 6 selon les capacités de chacun
 BD Pixton

BD Pixton

Action des élèves - Mise en apprentissage

Les élèves travaillent par trinôme. Ils doivent lire la fiche leur montrant les objectifs à atteindre lors de leur séance :

  • partager leurs connaissances au sein du groupe ;
  • apprendre à synthétiser leur texte ;
  • apprendre à manipuler Pixton ;
  • décider du nombre de vignette à utiliser ;
  • choisir le nombre de personnages ;
  • définir le nombre d’objets ou images à insérer dans chacune des vignettes ;
  • écrire les dialogues pour chaque bulle ;
  • faire le point avec le reste de son équipe.

Action de l’enseignant 

L’enseignant les guide :

  • pour trier les informations, fait réfléchir les élèves sur l’objectif à atteindre dans la construction de la BD. Le passage d’un texte « linéaire » à une bande dessinée est difficile car il faut avoir un esprit de synthèse que les élèves n’ont pas forcément. Il faut réfléchir également aux images et objets à placer en corrélation avec le texte.
  • dans la manipulation de Pixton même si c’est un outil numérique facilement pris en main par les élèves.
  • à génèrer sur Pixton un livre reprenant toutes les bandes dessinées réalisées.
    Dans le cadre de COMBAT, on y trouvera aussi celles réalisées par le groupe « Alternatives au nucléaire » (maths/Sciences/Techno) qui ont suivi la même démarche pédagogique.

Plus value du numérique 

Le côté ludique du logiciel et le côté artistique de la création de la bande dessinée font que tous les élèves s’efforcent de restituer correctement leurs connaissances sur le sujet. L’adhésion est totale. Ils veulent tous leur propre production. Les notions étudiées sont finalement mémorisées de façon insidieuse. Les élèves apprennent et n’ont pas l’impression de « bachoter ».