Les classes virtuelles: un souffle d'air... publié le 29/05/2020

Les classes virtuelles ont été un souffle d’air pour les élèves après les premiers jours de confinement. En ce qui me concerne avec mes élèves de 5ème et 4ème, au-delà des possibilités pédagogiques, la classe virtuelle a offert aux élèves deux opportunités : rester motivés et être accompagnés.

Les possibilités d’exploitation

Échanger et communiquer :

Dans un premier temps, j’ai employé la classe virtuelle comme un instrument d’échange et de communication pour mettre au point notre système de travail : énumérer mes attentes, présenter les objectifs à poursuivre et bien sûr, écouter les élèves. Les sondages proposés par la plateforme étaient intéressants (mais limités, je reviendrai sur cela plus tard) pour donner aux élèves la possibilité de s’exprimer sur leur ressenti face à la nouvelle situation.

Des exemples de sondage : un sondage sur la charge de travail (insuffisant, suffisant,convenable) ; quelles sont vos difficultés principales (d’organisation, compréhension des consignes, utilisation des logiciels...) les activités favorites (jeux, fiches de travail), assiduité à Pronote...

Corriger et remédier :

J’ai surtout mené des séances de correction / remédiation. Au lieu de publier directement le corrigé une semaine après le dossier, la classe virtuelle a été très positive pour aider les élèves à s’interroger sur leurs erreurs. Comment j’ai procédé ?

  • Réaliser un bilan global des écueils et réussites constatés + réexplication brève des notions. (10’)
  • Proposition des fiches/activités pour remédier aux erreurs (15/20’). Les élèves volontaires le font au tableau. La correction entre pairs se fait sur le chat.
  • Nouvel exercice, normalement à l’oral pour mettre en pratique la remédiation :

Exemple : pour distinguer les verbes ser/ estar, j’ai proposé aux élèves un tableau de Botero avec les personnages numérotés et je posais différentes questions : ¿dónde está la mujer de rojo ? La mujer está al lado del niño pequeño/ ¿Cómo es ? Ella es alta, tiene el pelo...Les élèves à tour de rôle répondaient à l’oral.

Répondre aux questions :

En troisième lieu, j’ai utilisé les classes virtuelles pour convoquer des permanences. Je reste à disposition de mes élèves sur un créneau fixe et plus large : par exemple, les mercredis de 10 à 12h. Les élèves de toutes mes classes étaient invités à s’y rendre pour me poser des questions sur le dossier à travailler.
Cela a été un moment très positif et privilégié car l’échange s’est fait individuellement et certains élèves avaient besoin d’une explication plus détaillée. Les supports utilisés étaient les fiches de travail données aux élèves car la plateforme n’accepte que le format pdf ou jpg ce qui limite l’exploitation, par exemple, des audios pour la compréhension de l’oral.
Le tableau de la classe virtuelle a été d’une grande utilité pour que les élèves gardent une trace écrite (même pour les élèves absents car grâce à une capture d’écran, j’ai pu l’ajouter au cahier de texte de Pronote).

D’autres pistes...

  • Lecture des textes de la part des élèves (activité très appréciée) pour pratiquer la prononciation et l’EOC.
  • Présentation des travaux : les 4ème ont présenté des affiches sur les nouvelles technologies, après avoir réalisé le dossier pendant la semaine.
  • Tester des jeux comme le dictionnaire visuel : poster une image numérotée (il y a des exemples à la fin du manuel Estupendo) et demander aux élèves d’identifier le numéro 1, 2, 3, pour consolider le vocabulaire.
  • Mutualiser les productions des élèves et les mettre en valeur : j’ai utilisé une carte mentale sur l’expression des goûts que les élèves avaient réalisée pendant la semaine. Ensuite, quelques élèves l’ont présentée à l’oral et à la fin, ils devaient deviner de qui il s’agissait.