Accueil : Éducation physique et sportive
Accueil >> Enseigner >> Pédagogie >> Conférences >> Contexte...

article Contexte et Performance Scolaire     -    publié le 08/09/2002    mis à jour le 27/12/2006

L’article que vous allez consulter réside sur notre ancien site. Une nouvelle fenêtre s’ouvrira lorsque vous cliquerez sur le(s) lien(s) qui nous y relie(nt). Pour revenir directement ici, fermez la nouvelle fenêtre après votre consultation.

Sommaire

Extrait

I DES ELEMENTS QUI INFLUENCENT LA PERFORMANCE SCOLAIRE

1 - L’attention : elle est de l’ordre du contrôle
Tout traitement de l’information réclame une plus ou moins grande capacité d’attention.
La capacité d’attention est :

  • limitée ;
  • partageable : prise en compte de plusieurs choses ou focalisation selon l’attention que requiert la tâche (plus ou moins difficile) ;
  • orientée : sur la tâche ou sur soi.

Les capacités d’attention n’augmentent pas avec le développement de l’individu. Ce qui permet d’améliorer la capacité de traiter les informations est lié à l’augmentation de la vitesse de traitement (habitude). Certaines informations sont traitées automatiquement ce qui libère de l’attention. Ceci met en évidence le rôle facilitant des routines, des procédures automatiques dans l’apprentissage…

2 - Les automatismes : à l’opposé du contrôle
Les automatismes nécessitent peu de contrôle, très peu d’attention, ils s’acquièrent et permettent de traiter des choses en laissant l’attention disponible. Pendant longtemps les idéologies ont dénoncé les automatismes.
Plus on a d’automatismes :

  • moins on a besoin de contrôle ;
  • plus on est disponible pour contrôler autre chose.

L’acquisition d’automatismes permet d’accroître la vitesse de traitement de l’information. Il paraît donc important d’automatiser tout ce qui peut l’être afin de libérer l’intelligence pour autre chose.

3 - La mémoire

Trois types de mémoire :

  • la mémoire à long terme (notre disque dur) ;
  • la mémoire de travail (le bureau de l’ordinateur) : elle stocke peu d’information restant ainsi disponible pour répondre aux exigences des tâches en cours ;
  • la mémoire épisodique : elle est attachée aux événements qui nous arrivent, d’où l’importance du contexte.

a. Les connaissances sont mises en mémoire avec l’état dans lequel on était à ce moment là : on parle d’indice de récupération lié au contexte, de l’influence de l’environnement sur les performances. La mémoire est une structure qui stocke. L’histoire de l’élève est chargée de souvenirs compatibles ou non avec l’apprentissage. Si la connaissance de soi est négative dans un domaine abordé, il y a toutes les chances pour que cela induise des difficultés dans la résolution d’une nouvelle tâche de ce domaine : la charge émotionnelle étant coûteuse en attention.
L’angoisse, une préoccupation, une nouveauté liées à un espace non familier sont susceptibles d’encombrer la mémoire de travail et de provoquer une indisponibilité de l’élève pour travailler, faire un exercice…

Lire la suite

Contact
Accessibilité
Mentions légales
RSS
Académie de Poitiers, Rectorat, 22 rue Guillaume VII le Troubadour BP 625 86022 Poitiers Cedex