Protocole sanitaire EPS applicable à partir du 19 mars 2021 publié le 21/03/2021

Le premier ministre a annoncé jeudi 18 mars que « les élèves pourront en effet continuer à utiliser les équipements sportifs extérieurs ainsi que les équipements sportifs couverts (gymnases), incluant les piscines » pendant le temps scolaire. La fiche repère applicable à partir du 19 mars 2021 précise que « S’il est recommandé de privilégier les activités extérieures et les activités « de basse intensité » avec le port du masque dans les gymnases, l’activité physique en gymnase est de nouveau possible sans port du masque » dans le strict respect de la distanciation physique.

Nous revenons sensiblement au protocole sanitaire de novembre 2020 dont les modalités sont explicitées dans la foire aux questions. Les gestes barrières doivent impérativement être respectés et les sports de contact sont toujours proscrits (distanciation de 2 mètres imposée).

Dans ce nouveau contexte, une EPS qui permet de lutter contre les effets de la sédentarité reste la priorité mais la vigilance doit perdurer. Les conditions de pratique s’assouplissent, mais nous ne devons pas relâcher nos efforts afin d’éviter la circulation du virus, nous devons entretenir la réflexion collective pour continuer à proposer des activités sources d’apprentissage malgré le contexte. La discipline EPS est un espace privilégié d’apprentissage des gestes barrières grâce à la succession des situations qui engendrent le port puis le retrait du masque, la désinfection après utilisation du matériel partagé, la proximité avec les autres, le lavage régulier des mains …

Au sein des associations sportives, « les déplacements d’élèves doivent être limités au strict nécessaire ; ils doivent être organisés et encadrés, de manière à limiter les croisements, et respecter les distances physiques ». Le brassage d’élèves de niveau de classe différent est donc proscrit.

Pour les lycées, les recommandations transmises via le courrier du 17 mars 2021 restent d’actualité. Les équipes qui ont proposé des activités de substitution en remplacement d’épreuves prévues en CCF ont toute liberté pour choisir de conserver l’activité de remplacement ou de revenir à l’activité prévue en CCF. Le bon sens devant guider vos choix au regard des possibilités pour les élèves de parvenir à valider les attendus de fin de lycée prévus par les programmes. La stabilisation des compétences construites par les élèves reste l’objectif prioritaire.

Jean-Charles THEVENOT