Plateforme de mutualisation de pratiques publié le 10/05/2020  - mis à jour le 26/05/2020

L’inspection pédagogique régionale souhaite vous accompagner dans la reprise post-confinement. Vous pourrez trouver ici des situations permettant d’engager vos élèves tout en respectant les protocoles sanitaires en vigueur.
Vous avez aussi la possibilité de partager vos propres expériences en envoyant vos propositions à l’adresse :

Les recommandations de l’inspection pédagogique régionale

  • Exemple de mise en place du protocole sanitaire en EPS, au collège de VIVONNE.
    Protocole covid 19 en EPS Poitiers

Lorsque les élèves utilisent les masques blancs fournis par l’établissement, il est primordial de s’assurer qu’ils le positionnent bien avec la couture à l’intérieur (afin de ne pas changer de côté face au visage).

Association sportive :

Vous pouvez proposer les organisations pédagogiques retenues dans votre établissement dans le cadre de votre association sportive en complément des cours EPS obligatoires.

2S2C :

Vous pouvez proposer les dispositifs retenus par votre établissement dans le cadre des thématiques suivantes pendant cette période de reprise (tout en respectant les contraintes sanitaires) :
EPS - sport - santé,
EPS et bien être,
EPS - développement durable,
EPS et citoyenneté,

Les ressources par champ d’apprentissage

Comment participer à la plateforme ?

Foire aux questions – Reprise de l’EPS. Mise à jour 11 mai 2020

Quelle gestion du masque pendant une séance d’EPS ?
Message du Ministère envoyé aux chefs d’établissement le 15 mai 2020 à 14h43 : le port du masque est obligatoire pour tous les personnels dès qu’ils sont en présence d’élèves, et pas seulement si la distanciation physique ne peut pas être respectée (article 12 du décret n°2020-548 paru au JORF du 12 mai 2020).

Les collégiens quant à eux doivent porter un masque lorsque les distances physiques ne peuvent pas être respectées et lorsqu’ils circulent au sein de l’établissement. Le port du masque ne concerne pas les élèves d’école maternelle et élémentaire.
Le masque peut être retiré pour la pratique physique (lorsque l’élève est sur le lieu de pratique et à distance des autres). Pour cela, il convient de mettre en place un dispositif permettant aux élèves de d’étendre leur masque (en respectant les distances) sur un support (sans que celui-ci n’entre en contact avec une table ou tout autre objet) avec accroche par l’élastique.
L’utilisation d’un fil tendu permettant d’accrocher les masques par des pinces à linge peut être envisagé (pince à linge personnelle de l’élève ou désinfectée avant chaque utilisation). Le masque doit porter le nom de l’élève (ou un signe distinctif) et rester à distance des autres masques étendus. Un sens de circulation (avec distances) doit alors être bien repéré par les élèves. Une vidéo à venir, devrait rapidement illustrer ces propos.
La responsabilité de l’enseignant peut-elle être engagée si un élève était contaminé par le covid 19 ?
Extrait du café pédagogique du 8 mai 2020 : "En matière pénale, la loi Fauchon a réduit énormément les cas où on peut poursuivre. On ne peut pas poursuivre quand la faute n’est pas intentionnelle ce qui serait le cas si on n’avait pas mis en place avec assez de zèle les règles sanitaires. Il faut "un manquement délibéré à une obligation de sécurité ou de prudence" ou "une violation manifestement délibérée d’une obligation particulière de sécurité ou de prudence" pour qu’il y ait poursuite. Les conditions de l’article 121-3 du Code Pénal posent des conditions très strictes pour une condamnation. Cela réduit énormément les cas où on peut poursuivre au pénal.".

"Et en matière civile, si une famille poursuit un enseignant ou un chef d ’établissement, L’État se substitue pour le paiement des dommages et intérêts. C’est l’article L911-4 du Code de l’Éducation. " Dans tous les cas où la responsabilité des membres de l’enseignement public se trouve engagée à la suite ou à l’occasion d’un fait dommageable commis, soit par les élèves ou les étudiants qui leur sont confiés à raison de leurs fonctions, soit au détriment de ces élèves ou de ces étudiants dans les mêmes conditions, la responsabilité de l’État est substituée à celle desdits membres de l’enseignement qui ne peuvent jamais être mis en cause devant les tribunaux civils par la victime ou ses représentants". La jurisprudence est telle que dès que la faute personnelle peut être rattachée au service la collectivité publique se substitue à l’agent".

Me Piau relève aussi que pour engager une poursuite au pénal comme au civil il faut prouver la causalité entre une faute et un préjudice. "Si un enfant est contaminé par le Covid 19, comment prouver que cela s’est passé au sein d’une école". Pour elle, on ne pourra pas empêcher des procédures mais la loi sera un frein à d’éventuelles condamnations.
La règle des 24 heures entre deux séances d’EPS doit-elle être préservée dans le cadre d’une réorganisation des emplois du temps des élèves ?
Cette règle destinée à proposer une répartition équilibrée des efforts physiques pour les élèves reste de mise. Pour autant, dans cette situation sanitaire exceptionnelle, les préconisations portent sur des dépenses énergétiques modérées avec pour objectif une activité physique régulière dans une optique de santé (au moins 30 minutes par jour). Dans cette configuration, la règle peut être assouplie en particulier grâce à la complémentarité que représentent l’EPS obligatoire, l’AS mais aussi les 2S2C.
Les sports collectifs et d’opposition sont à proscrire. Qu’en est-il des sports de raquette ?
L’activité peut être envisageable à partir du moment où l’élève conserve sa raquette pendant toute la séance (ou utilise son matériel personnel sans que celui-ci ne soit utilisé par un autre élève), que le matériel est nettoyé avant et après chaque utilisation et que les balles ou volants soient en nombre suffisant pour éviter toute contamination. La convention 2S2C précise : "tennis de table et badminton avec précautions au niveau des raquettes (personnelles) et lavage des mains régulier".
La pratique de la voile est-elle possible ?
Cette activité est envisageable dans la mesure où les mesures sanitaires sont prises, que la distanciation sociale est possible et que les plans d’eau sont ouverts. Les décisions d’ouverture seront prises localement par les préfets.
La pratique du kayak est-elle possible ?
Les mêmes remarques formulées pour le voile s’appliquent. Un exemple de mise en œuvre est proposée dans le champ 2 de la plateforme.
La pratique de la randonnée à l’extérieur de l’établissement est-elle possible ?
Cette pratique est possible dans la mesure où les distances dont respectées en regard de la vitesse de déplacement des élèves : 1,5 m + masque en marche lente, 5 m en marche rapide et 10 m en course. Il est également nécessaire de tenir compte de la difficulté du terrain et d’appliquer un protocole sécurité régit pas la circulaire du 19 avril 2017. Un exemple de protocole est disponible ICI.
En cas de blessure d’un élève, quelle procédure adopter ?
Les protocoles de mise en sécurité de l’élève demeurent. Au préalable, l’enseignant (portant un masque) se lave les mains avec un gel hydro alcoolique, met les gants contenus dans la trousse de secours, l’élève met également un masque et se lave les mains. Uns fois l’élève en sécurité et les éventuels soins prodigués, enseignant et élève se lavent les mains à nouveau en attendant éventuellement les secours.