Accueil : Éducation physique et sportive
Accueil >> S'informer >> Pages IA IPR >> Lettre de...

article Lettre de rentrée 2013-2104     -    publié le 17/09/2014    mis à jour le 27/09/2016

Cette lettre de rentrée a pour objet de rappeler la contribution de l’éducation physique et sportive à la mise en œuvre du nouveau projet académique et décline sur le plan disciplinaire les priorités fixées par la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République.

Dans cette perspective, elle identifie les éléments importants d’actualité et précise les orientations et les priorités à prendre en compte au sein des établissements du second degré durant l’année 2013-2014.
Elle est complétée comme chaque année par un guide de l’enseignement de l’EPS rappelant le cadre réglementaire, institutionnel et pédagogique de l‘enseignement de l’EPS. Ce document actualisé sera disponible sur le site académique, dans l’espace pédagogique disciplinaire.

• Inscrire l’enseignement de l’EPS dans les exigences des programmes

Le travail entrepris par l’inspection pédagogique régionale auprès des collèges depuis deux ans et auprès des lycées professionnels l’année passée sera poursuivi pour tendre vers une proposition au sein de chaque établissement d’une programmation qui respecte les impératifs fixés par les programmes de la discipline pour chacun des niveaux assurant ainsi une cohérence et une continuité entre les degrés d’enseignement. Il sera prolongé pour les lycées d’enseignement général et technologique.
Chaque projet a fait (ou fera) l’objet d’une lecture par un enseignant d’EPS missionné par l’inspection pédagogique et d’un retour aux établissements, l’objectif n’étant pas d’émettre un jugement de valeur, mais d’apporter un regard extérieur dans un esprit formatif et constructif pour le faire évoluer et l’adapter afin d’assurer la mise en œuvre d’un réel projet de formation en EPS et par l’EPS autour d’objectifs éducatifs explicites. A cette fin, nous attirons de nouveau l’attention de chacun sur l’importance des programmations et sur le choix des activités physiques enseignées pour favoriser l’expression du meilleur potentiel de tous les élèves quels que soient leurs aptitudes ou leur genre.

- Les projets pédagogiques

85% des collèges ont communiqué leur projet pédagogique. (cf. statistiques et analyse sur le site) Si la lecture de ces projets montre encore quelques décalages avec les nécessités imposées par les programmes, elle révèle majoritairement un effort pour s’inscrire dans les orientations institutionnelles et témoigne du travail de fond mené par les équipes des établissements pour proposer une EPS cohérente et structurée. Néanmoins, la programmation d’activités de certains collèges ne permet pas encore de couvrir le niveau 2 de l’ensemble des 8 groupements définis par les programmes, les activités aquatiques, les APPN, s’avérant être les APSA les moins programmées au niveau 2. Si des contraintes matérielles ou environnementales peuvent expliquer parfois ce déficit dans les programmations, l’absence de niveau 2 dans les activités artistiques voire gymniques ou les sports de combat est plus difficilement compréhensible et acceptable. Il revient donc aux équipes concernées de modifier leur programmation pour la rééquilibrer et offrir une diversité d’APSA répondant ainsi aux attentes institutionnelles.

60% des lycées professionnels ont communiqué l’année passée leur projet à l’inspection pédagogique. Leur lecture montre que les programmations sont pilotées le plus souvent par les contraintes matérielles et les impératifs certificatifs. Dans ces conditions, le projet de formation quand il est décliné apparait quelque peu formel ou par trop général et peu opérationnel, l’attention portée au développement des compétences méthodologiques et sociales relevant plus d’une déclaration d’intention que d’un véritable projet de formation s’accompagnant de contenus, de démarches d’intervention et de mises en œuvre réfléchies et organisées à cette fin. Nous invitons donc, les équipes à approfondir le traitement didactique des APSA programmées, en explicitant davantage les contenus d’enseignement et les objectifs visés et en opérant des choix au regard de la spécificité de leur public, les fiches « ressources Eduscol » ne pouvant pas satisfaire à elles seules cette exigence de précision et de clarification de ce qui est enseigné dans l’établissement pour chaque niveau de classe. Comme en collège, on constate des déficits de programmation d’APSA relevant de la CP2 ou de la CP3.

Prochainement, les équipes pédagogiques des lycées seront appelés à communiquer leur projet pédagogique EPS. Nous les incitons d’ores et déjà à en réactualiser la formalisation, les évolutions certificatives du bac ayant imposé dans de nombreux cas de repenser la programmation des APSA.

- Acquisition du savoir nager :

Inscrite dans le socle commun de connaissances de compétences et de culture, cette compétence doit faire l’objet d’une attention particulière au collège et même au lycée professionnel. Nous encourageons les équipes pédagogiques, dans notre académie marquée par la ruralité, à poursuivre les efforts consentis pour permettre à tous les élèves d’accéder à la maitrise de cette compétence, cette maitrise s’avérant très discriminante socialement quand elle n’est pas développée à l’école. A cette fin, nous vous engageons à utiliser tous les dispositifs possibles au-delà des cours d’EPS (association sportive, accompagnement éducatif, soutien spécifique, aménagements particuliers…) pour offrir la possibilité aux élèves d’acquérir le premier degré de cette compétence.

- Accueil des élèves en situation de handicap, inaptes partiels ou à besoins éducatifs particuliers :

Déjà souligné les années passées notamment depuis la promulgation de la loi de 2005 sur « l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées », le principe d’une école inclusive est inscrit au code de l’éducation par la récente loi d’orientation et de programmation. Il revient donc à chaque enseignant d’EPS et plus largement à chaque équipe pédagogique d’organiser l’accueil de ces élèves en adaptant les conditions d’enseignement et d’apprentissage du cours d’EPS pour leur permettre de suivre un enseignement prenant en compte leur particularité, leur spécificité et leurs besoins de développement personnel tant sur le plan physique que psychologique et ainsi les inscrire dans un parcours de réussite éducative.
Actuellement, au regard du nombre d’élèves scolarisés dans le second degré et du nombre d’établissements concernés (80%) par cette problématique, l’inspection pédagogique est trop peu sollicitée pour valider des épreuves adaptées spécialement conçues pour répondre aux besoins de ces jeunes. Conscient des difficultés que peuvent rencontrer les équipes devant des cas singuliers, l’inspection pédagogique souhaite constituer un groupe d’aide et d’accompagnement dont le pilotage sera assuré par Benoit VUE du LP St Jean d’Angély. Nous envisageons d’organiser par ailleurs, conjointement avec l’UNSS à l’occasion des championnats de France de sports partagés, une formation pour les enseignants qui souhaiteraient développer des connaissances et des compétences professionnelles pour assurer la prise en charge de ces élèves à besoins spécifiques aussi bien dans leurs cours que dans le cadre de l’association sportive.
Plus largement, la question des élèves partiellement aptes doit être envisagée par les équipes EPS pour définir avec le chef d’établissement et l’infirmière de l’établissement les conditions à mettre en œuvre pour garantir leur participation au cours d’EPS. A ce titre, le taux de « dispenses » associées à des inaptitudes partielles ou totales constitue un indicateur de suivi et d’évaluation significatif dont les équipes pédagogiques doivent absolument s’emparer pour réguler leur offre de formation voire adapter leurs stratégies d’enseignement et les choix des APSA dans les programmations d’établissement et les menus proposés notamment ceux conduisant à une certification dans le cadre des CCF.
Ainsi, les résultats aux examens montrent parfois des taux d’inaptitudes anormalement élevés (Cf. sur le site académique la synthèse de la commission académique d’harmonisation) qui doivent être analysés localement pour tenter d’y remédier. L’inspection pédagogique souhaite attirer l’attention des enseignants des lycées professionnels, notamment sur l’augmentation sensible (doublement des inaptitudes) entre l’année de certification intermédiaire des CAP/BEP et l’année de certification terminale du Bac professionnel.

• Les évaluations certificatives

- 1. Au lycée :

Le bilan de la session 2013 des examens (CAP/BEP, BAC Pro et BACGT est consultable sur le site académique.
L’inspection académique souhaite attirer l’attention des équipes pédagogiques sur l’écart encore trop important et discriminant qui existe entre les moyennes des filles. Comme les années précédentes, ce sont les activités de la CP3 et celles de la CP5 qui sont le moins pénalisantes pour les filles, celles de la CP4 l’étant le plus. C’est en BAC PRO que l’écart entre filles et garçons est le plus important (1,26) alors qu’il n’est que de 0,99 en CAP/BEP.
Par ailleurs, sur un peu plus de 11000 candidats au BAC GT, seuls 8 contrôles adaptés ont été proposés pour une moyenne de 15,95 alors qu’on constate 5,5 % d’inaptitude totale soit prêt de 600 candidats. On ne dénombre que 1 contrôle adapté pour les examens de la voie professionnelle alors que les pourcentages d’inaptitude totale sont les plus élevés.
Cette problématique doit constituer un objet d’attention particulière pour toutes les équipes et la diminution des dispenses au profit d’épreuves adaptées doit devenir un objectif prioritaire pour tous qui doit se concrétiser par un nombre accru de protocoles adaptés dès la prochaine commission académique.
Pour les lycées et lycées professionnels, la date de remontée des protocoles d’évaluation à la DEC est fixée au 4 octobre, la commission académique se tenant le 11. La liste de ses membres est consultable sur le site.

- 2. Au collège :

Nous avons volontairement laissé le temps d’une session aux équipes pour construire des outils communs d’évaluation avant de les transmettre à l’inspection pédagogique régionale. Conformément à la réglementation, un suivi des évaluations est mis en place. A cet effet, de plus amples informations vous parviendront ultérieurement sur les modalités de remontée des protocoles.
Des stages de formation à public désigné sont prévus pour travailler l’élaboration de ces outils et des protocoles d’évaluation. Nous vous rappelons que l’évaluation doit se faire sur 3 APSA appartenant à 3 compétences propres différentes. Afin de valoriser la réussite des élèves, nous vous invitons à élaborer une programmation offrant plusieurs combinaisons de 3 APSA dans le respect de 3 CP différentes et ainsi permettre à chaque élève d’exprimer son meilleur potentiel.

- 3. L’organisation en contrôle ponctuel :

des épreuves d’EPS aux examens nous conduit à solliciter chaque année un grand nombre de professeurs d’EPS, pour composer les jurys des différents centres d’examens, en fonction des lieux d’exercice de chacun. Les procédures mises en œuvre l’année passée seront reconduites car elles ont simplifiées la tâche de la DEC.
Cette année, compte tenu du calendrier et des jours fériés du mois de mai, nous aurons 2 périodes d’examen. Une première période pour les options facultatives des bacs généraux et technologiques les 12, 13 et 14 mai 2014. Puis une seconde période les 26,27 et 28 mai pour les épreuves ponctuelles obligatoires pendant laquelle nous demandons à l’ensemble des établissements du second degré de tout mettre en œuvre pour assurer la disponibilité des enseignants d’EPS.
La date limite de remontée des notes à la DEC est fixée au jeudi 4 juin, les équipes pédagogiques des lycées et LP pouvant utiliser la première semaine de juin pour effectuer le rattrapage des épreuves certificatives.

- 4. Suivi et gestion des certificats médicaux dans le cadre des CCF :

Cette année, la commission académique d’harmonisation a été confrontée à de nombreux problèmes et difficultés liés à l’absence de certificat médical ou à des dates qui ne correspondaient pas aux périodes de certification enregistrées sur EPSNET.
L’inspection pédagogique régionale insiste sur la responsabilité qui incombe à chaque enseignant pour assurer le traitement des inaptitudes et la gestion des certificats médicaux attestant d’une incapacité temporaire ou totale. Afin d’éviter de pénaliser les élèves et s’épargner des recours éventuels, il importe de définir précisément les modalités et procédures à suivre au sein de l’établissement pour que tous, élèves, enseignants d’EPS, vie scolaire, personnel de santé et familles des élèves soient informés et au fait des démarches à effectuer. Dans cette perspective, nous invitons les enseignants à exercer un contrôle systématique des absences, à vérifier et à conserver une photocopie de chaque certificat médical justifiant une incapacité à pratiquer dans le cadre du cours d’EPS et à prendre l’attache de l’infirmière pour le cas échéant faire viser ce certificat par le médecin scolaire. Nous vous rappelons que ces certificats devront être transmis par le professeur coordonnateur sous couvert du chef d’établissement à la commission d’harmonisation pour justifier l’absence d’une note à une ou plusieurs épreuves. Nous insistons également sur la nécessité de demander l’ouverture du serveur auprès des services de la DEC pour modifier les dates enregistrées sur EPSNET quand la date de l’épreuve a dû être déplacée pour diverses raisons (intempéries, fermeture installations, etc.). Nous conseillons fortement aux équipes pédagogiques des lycées professionnels d’assurer un archivage pluri annuel de ces certificats médicaux pour pouvoir justifier de l’absence de note l’année N-1 de l’examen.

• Formation initiale et continue

7 stages composent l’offre de formation continue cette année
13A0130023 : construire des compétences méthodologiques et sociales (2 modules au choix : sports de raquette et sports collectifs)
13A0130024 : construire des compétences en EPS
13A0130025 : évaluer des compétences (2 modules au choix : courses athlétiques et CP5)
13A0130026 : enseigner l’EPS aux élèves à besoins spécifiques
13A0130995 : l’image numérique pour apprendre en rugby

Concernant les préparations au concours elles ne peuvent être mises en œuvre que si le nombre d’inscriptions est suffisant. Si telle n’était pas le cas, l’inspection réfléchit actuellement à des modalités d’accompagnement à distance.
La campagne d’inscription est ouverte du 3 au 24 septembre.

Deux stages à public désignés par l’inspection seront mis en œuvre :
-  démarches d’enseignement en EPS
-  évaluation certificative en EPS : DNB

- L’accompagnement des professeurs stagiaires, des contractuels admissibles et des étudiants de STAPS (M1 et licence :

La loi sur la refondation de l’école fait de la formation des enseignants la pierre angulaire de la réussite de la réforme. Cette rentrée a donc vu la création des Ecoles Supérieures du professorat et de l’éducation avec une modification des concours de recrutement, la mise en œuvre d’un nouveau cursus de formation pour nos futurs collègues et la publication d’un nouveau référentiel de compétence (BO N°30 du 25 juillet 2013).
Outre l’accueil des lauréats des concours externe, interne et réservé qui effectuent en tant que fonctionnaire stagiaire leur stage en établissement accompagnés par un tuteur, certains autres collègues ont dû accueillir au sein de leur établissement et de leurs classes les admissibles du concours exceptionnel 2013 sous statut de contractuel et inscrits cette année en seconde année de master pour préparer simultanément l’admission aux épreuves du CAPEPS.
Pour les étudiants de STAPS inscrits en première année de master et préparant le nouveau concours du CAPEPS (épreuves d’admissibilité en mai et épreuves d’admission en juin) d’autres collègues sont sollicités par l’inspection pédagogique pour les accueillir et leur permettre d’effectuer 2 stages de 2 semaines de pratiques accompagnées du 18 novembre au 29 novembre 2013 et du 10 mars au 21 mars 2014.
Enfin, pour permettre aux étudiants inscrits en licence se destinant à l’enseignement, d’autres collègues seront sollicités pour des stages de sensibilisation et d’observation. Parmi ces étudiants, certains pourront bénéficier d’un emploi d’avenir professeur (EAP).
La diversité de ces nouveaux collègues et étudiants va occasionner des modifications et parfois quelques contraintes dans le fonctionnement des équipes. Toutefois, il est important qu’ils soient conseillés, accompagnés et suivis pour faciliter leur entrée dans le métier non seulement par ceux d’entre vous qui ont accepté d’être leur tuteur et nous vous en remercions à nouveau, mais aussi par l’ensemble de l’équipe disciplinaire.

• Les associations sportives d’établissement et le sport scolaire

Globalement, l’activité des associations sportives d’établissement témoigne d’un réel dynamisme qui s’est concrétisé par une augmentation du nombre de licenciés au niveau académique. Pour autant, ces premiers constats certes encourageants ne doivent pas masquer les difficultés auxquelles sont confrontées certaines équipes pour maintenir au sein de leur établissement une pratique associative régulière.
Afin de renforcer son rôle d’impulsion et de conseil, l’inspection pédagogique va diffuser auprès de chaque association sportive une enquête à renseigner collectivement pour en appréhender le fonctionnement et la spécificité. Par ailleurs dans chaque département, un groupe de suivi des associations sera constitué afin de suivre le dynamisme des associations et l’évolution de la participation des élèves, notamment celles des publics des lycées professionnels, des filles et des publics de l’éducation prioritaire.
Nous tenons à rappeler l’importance du projet d’AS et de son élaboration en lien direct avec le projet de l’établissement, le projet de district et les objectifs du projet académique pour qu’il constitue un outil opérationnel de pilotage de l’AS. Nous engageons les équipes à renseigner régulièrement le cahier d’AS collectif élaboré par la direction régionale UNSS pour rendre compte de leur implication et de leur engagement et valoriser l’activité globale de l’association de leur établissement.
Le fonctionnement et l’organisation des activités au sein de l’association doit privilégier la plage horaire du mercredi après-midi. Pour autant, il apparait que le dynamisme des associations est lié aussi à une offre plus large et complémentaire à celle du mercredi notamment sur la plage méridienne ou en fin de journée. Si d’autres créneaux peuvent donc être offerts aux élèves dans la semaine en complément, ils ne peuvent pas se substituer à ceux du mercredi après-midi. Par ailleurs, les entrainements dans le cadre des sections sportives scolaires, des options, ou de l’accompagnement éducatif ne peuvent pas se substituer au service dû dans le cadre du forfait AS.

- Les sections sportives :

La liste des sections sportives et des pôles d’entrainement habilités par le rectorat pour la rentrée scolaire de septembre 2013 est disponible sur le site académique. Une évaluation de leur fonctionnement est en cours et un bilan sera mis en ligne. Les établissements qui souhaitent ouvrir une section sportive doivent constituer un dossier (disponible sur le site) et le retourner avant la fin du mois d’octobre à l’inspection pédagogique. La commission d’habilitation se réunira au cours du second trimestre de l’année scolaire pour examiner les demandes et les décisions d’ouverture (voire de fermeture pour non-respect du cahier des charges) seront communiquées aussitôt aux établissements pour qu’ils puissent prendre les dispositions nécessaires pour assurer leur recrutement.

Nous souhaitons à tous les enseignants une bonne année scolaire, et à ceux qui arrivent dans l’académie de Poitiers la bienvenue et une excellente intégration. Nous renouvelons nos félicitations aux lauréats des différents concours de recrutement qui vont devoir effectuer leur année de stage durant cette année scolaire au sein d’un établissement du second degré et remercions tout particulièrement les enseignants qui ont accepté une mission de tutorat ou d’accompagnement d’enseignants ou d’étudiants.
Nous tenons aussi à remercier Jean Luc Korus pour son aide apportée l’an dernier et pour lequel il ne nous a pas été possible de reconduire sa mission. L’inspection pédagogique régionale ne disposera donc cette année que de deux chargés de mission d’inspection : Jean Michel Hébert et Cosette Agnan-Pourinet.

Michèle Vinel Thierry Marchive

Contact
Accessibilité
Mentions légales
RSS
Académie de Poitiers, Rectorat, 22 rue Guillaume VII le Troubadour BP 625 86022 Poitiers Cedex