Accueil : Éducation physique et sportive
Accueil >> EPS et Tice >> TBI et EPS >> Travailler...

article Travailler avec un TBI en EPS : Scénario 3, un bilan objectif partagé.     -    publié le 23/04/2008    mis à jour le 15/09/2008

La montage vidéo : un bilan objectif qui assoie un cours et qui donne du sens à la leçon à venir (Le TBI du professeur)

1 2 

• Hypothèse de travail

La motivation d’un élève tient à de nombreux facteurs dont un : le contenu proposé doit être adapté au problème réel et l’objectif énoncé doit être compris, accepté et accessible.

Par ailleurs, le professeur qui gère son cours dans le feu de l’action peut parfois être victime d’une mémoire sélective lors de son bilan, interpréter la réalité en accordant une importance excessive à un fait au demeurant peu significatif qui relève du domaine de l’émotion.

Un bon moyen d’objectiver les acquis et les manques réels, de placer un élève dans une situation dynamique de progrès, de le rendre partie prenante des ambitions du professeur, consiste à s’appuyer sur un montage significatif de l’information prélevée dans le cours précédent, réalisé à tête reposée . Ce montage servira de bilan provisoire donnant du sens au thème de la séance. En outre il illustrera de manière concrète des propos oraux alors susceptibles de toucher toutes les catégories d’élèves .

Ce scénario placera le TNI comme outil du professeur. Il n’aura pas pour ambition d’agir sur le paramétrage moteur immédiat. Il s’agira d’exploiter "un document interprété explicatif"1. Cette étape relève de l’apport de notions qui met en projet. Elle est stimulante car elle passe par l’image et donne du sens au vocabulaire de l’activité.

Ce scénario peut être réalisé à différents niveaux de compétences et à différents niveaux d’interactivité selon les objectifs éducatifs visés.

• Ex Constat / objectif

Nous sommes entrés dans la seconde phase de notre cycle où la créativité est devenue un objectif indissociable de la virtuosité. Celle-ci mobilise énormément les élèves, souvent au détriment du respect des fondamentaux pourtant bien compris en fin de phase un .

De plus les critères de composition n’ont pas encore été évoqués. Il s’agit donc pour nous de leur démontrer qu’à l’approche de l’évaluation sommative, il est indispensable de bien identifier la valeur des fautes commises et d’intégrer les critères de composition à leur enchaînement pour réussir leur "spectacle".

Alors que les scénarii 1 et 2 mettaient l’accent sur une appropriation de contenus techniques, sur une prise de risque calculée, sur les feedback immédiats, celui-ci souligne l’importance dans une stratégie de réussite scolaire de s’approprier les critères d’évaluation.
Ce scénario a été mené sur deux séances différentes bien entendu !

• Description du scénario

  • Le professeur regarde les vidéos tournées par ses élèves après son cours et intègre à la préparation de la leçon suivante un montage photos ou vidéo simple : il découpe les rushs dans leur partie significative pour pouvoir les commenter.
  • Les vidéos sont à disposition de tous les groupes qui peuvent les consulter en direct pendant le cours, ou en différé sur l’extranet de l’établissement.
    • L4 : Le but est de s’accorder sur la définition d’une faute légère, d’une faute moyenne, d’une faute grave et enfin d’une chute. Si la dernière notion est simple à comprendre, la graduation de l’échelle peut ,elle, prêter à confusion : les illustrations prises sur le vif lors de la séance précédente doivent effacer toutes les zones d’ombre.
    • L6 : le but est de s’accorder sur la signification imagée concrète des critères de composition : présentation, durée, liaisons, espace, originalité, impression générale.
  • Au début du cours, le montage est regardé par la classe , fait l’objet d’échanges et situe le thème de la séance.
Scénario 3 : Un bilan objectif partagé. (Flash de 1.7 Mo)

Les vidéos qui suivent sont pilotées de la même manière que les élèves pilotent leur évaluation mais par le professeur : avec pause et crayon d’annotation qui permet d’ajouter des commentaires à ceux qui sont fixés par le montage.

un document fautesAca (Flash Video de 16.8 Mo)
un document composition (Flash Video de 21 Mo)

Note : dans cette vidéo, toutes les fautes ne sont pas commentées, la finalité est de montrer concrètement un critère, tel l’évolution de l’espace au cours d’une succession de figures qui ne portaient pas encore le nom d’enchaînement, ou encore des critères de liaison et de rythme ...etc.

• Outils et logiciels couplés au TNI

  • APN ou camescope numérique.
  • Logiciels : Ils peuvent être variés selon les compétences de l’enseignant :
    • Un simple diaporama de photos commentées à niveau débutant. Tous les logiciels d’acquisition de photo en proposent, par exemple Digikam sur les portables Poitou Charentes
    • une présentation assistée par ordinateur pour un niveau intermédiaire : impress de la suite OpenOffice sur les portables Poitou Charentes,
    • outils de montage vidéo (simple) pour un niveau plus avancé : Le crayon du TNI sera toujours un outil de simplification de la procédure.
      • Avidemux pour découper les vidéos sans connaissances avancées en logiciel de montage (à installer).
      • Kdenlive pour monter simplement et rapidement un thème de séance (installé par défaut sur les Portables Poitou Charentes)...
      • VLC : pour capturer simplement les images des vidéos, à moindre coût temporel, pour pratiquer des arrêts sur image, pour gérer les rushes sous forme de liste de lectures contrôlables par les boutons du lecteur.
Outils scénario 3

• Compétences Tice requises

Selon son niveau de compétences, le professeur pourra concevoir trois types de réalisations différentes :
Niveau de difficulté variable
Vignette diaporama
Facile : un montage photos : les photos, capturées avec VLC, sont commentées avec Photofiltre par exemple ou encore avec le crayon du TNI et elles sont lues et contrôlées par le logiciel de diaporama lié au système d’exploitation (Digikam, Fspot...etc).
Zoomer sur la Fonction Diaporama.
Vignette preao
Assez facile : le commentaire de la photo est réalisé dans un outil de type PréAO : l’appropriation des notions est alors plus interactive ; Après un temps de réflexion, d’échanges avec la classe, la solution apparaît.
Zoomer sur la Fonction Preao.
Assez facile : le commentaire de vidéos est plus dynamique car ils fournit des explications sur la raison pour laquelle la faute a été commise. Celui -ci peut se mener à différents niveaux de compétences : les vidéos doivent être découpées pour ne sélectionner que l’information pertinente, lues en listes de lecture puis comme dans le scénario 1, le professeur utilise le crayon TNI pour arrêter la vidéo et l’annoter. Cette procédure est rapide et efficace et permet de travailler en interactivité avec la classe. En contrepartie, cela suppose de connaître parfaitement les rushs à commenter. Avidemux est alors un compagnon indispensable.
Zoomer sur la Fonction Vidéo Débutant.
Variante plus difficile : Intervenir directement sur les rushes lors du montage vidéo permet de gagner du temps au moment de la présentation où il suffit d’arrêter la vidéo selon les repères posés pour engager une discussion avec la classe. Avantage de cette solution : si vous menez plusieurs cours de ce type dans la journée, vous serez heureux de retrouver les marqueurs qui impactent la mémoire du professeur !2
Zoomer sur la Fonction Vidéo Confirmé.

(1) Etienne Hayot IEN DIE57 Avril 2007

(2) Il existe évidemment beaucoup d’autres solutions dont je ne fais pas le tour, je ne vous présente que celles utiles au temps du cours et au temps de préparation du cours

« Précédente  1 2  Suivante » Sur une seule page
Contact
Accessibilité
Mentions légales
RSS
Académie de Poitiers, Rectorat, 22 rue Guillaume VII le Troubadour BP 625 86022 Poitiers Cedex