Travailler avec un Tableau Numérique Interactif en EPS. publié le 23/04/2008  - mis à jour le 15/04/2015

Limites techniques

C’est avec beaucoup d’enthousiasme que j’ai utilisé ce TNI dans mes cours d’EPS et j’espère que ma demande de dotation Région sera reçue, d’autant plus que ebeam a porté non seulement ses drivers sous linux mais aussi son logiciel.
Cependant en huit semaines, j’ai déjà perçu certaines limites techniques qui pourraient freiner ce type d’usage :

  • la consommation électrique du duo ordinateur portable-vidéoprojecteur n’est pas anodine. Comme le signalait M Bondaz lors d’une formation de formateurs, "on peut s’interroger sur le coût en terme de consommation électrique de la multiplication de ces nouvelles pratiques pédagogiques alors que certains établissements ont signé la charte écologique environnementale qui engage à limiter cette consommation ". Si un portable sait se mettre en veille et se réveiller rapidement, ce n’est pas le cas d’un vidéo projecteur. Il reste à inventer la lampe instantanée, à faible consommation.
  • le gymnase est un lieu où l’air brasse une quantité de poussière plus importante que dans une salle de classe. Ces outils électroniques sont-ils aptes à supporter cet environnement particulier ? quelle sera leur longévité ?
  • le système de protection logiciel de la solution ebeam est fait de telle manière que la palette ne se lance qu’à la condition d’avoir branché le tableau sur le port USB ; Si vous voulez répéter votre séquence, tester votre scénario, vous devez donc disposer du tableau. Dans une configuration d’équipe, cela est très limitatif. Il est très commun qu’un professeur réalise ses préparations pendant que son collègue assure son cours. Le TNI ne peut être mis à disposition de deux personnes en même temps ; Ebeam semble proposer une clef USb simulant la présence du tableau mais son coût est tel (25% du prix du tableau ) que cela est inabordable !.

Conclusion

Je crois avoir démontré que le TNI n’est pas uniquement l’outil du professeur mais bien l’outil des élèves dont l’activité est réelle. Il est avant tout un outil de visualisation COLLECTIVE qui facilite l’émergence de projets partagés et bien compris. C’est probablement ce qui justifie la motivation des élèves. Le TNI leur offre un moyen objectif d’identifier des problèmes, de les corriger et de parvenir à la réussite. Ils disposent d’un vrai moyen de contrôle de leur parcours .

Comme pour toutes les disciplines, le TNI ne se suffit pas à lui seul ; Applications logicielles, contenus doivent être choisis et développés en fonction des finalités, du traitement didactique et pédagogique propres à l’enseignant. Les impacts pour ce dernier sont alors nombreux ;

En amont du cours, le professeur va concevoir une leçon qui s’appuiera sur fond documentaire de type Multimédia. Il pourra souvent trouver son bonheur dans des secteurs transversaux ou disciplinaires proches (svt, sites paramédicaux, sites fédéraux par exemple). Le TNI pourrait d’ailleurs devenir un vecteur d’interdisciplinarité en EPS.

Après le cours, les bilans sont réalisés différemment et de mon point de vue, de manière plus pointue. Ils peuvent faire l’objet d’une présentation visuelle qui encore une fois va donner du sens à la progression pour l’élève. Il est alors plus facile de susciter son adhésion.

L’ intérêt fondamental du TNI est enfin de simplifier à l’extrême les usages Tice : il n’est plus nécessaire d’être un expert pour les intégrer à son cours . Le TNI déplace vraiment les Tice sur le versant du moyen pédagogique. La formation logicielle est réduite à sa plus simple expression.

Les étapes d’appropriation des scenarii proposés peuvent se résumer ainsi :

  • un grand ordinateur qui permet de voir des images à commenter en groupe classe (de manière magistrale ou par atelier)
  • un grand ordinateur qui permet de commenter des films en groupe classe
  • un TNI qui permet à des groupes atelier d’entrer dans un projet, de "signer" un contrat mémorisé, dont on grade la trace, dont on fait vivre la trace.

Il ne faut pas oublier que pour généraliser ces usages, il est nécessaire avant tout de doter les équipes EPS en matériel Tice . Un élément de la chaîne ne suffit pas. Les Conseils généraux et les Conseils régionaux devraient donc fournir à toute équipe demandeuse une valise composée de :

  • un ordinateur portable type P4 , 1go ram mini, 120 go disque dur, port firewire ou carte PCMCIA
  • un APN type CanonPower G9 avec une carte 4go et une batterie de réserve (le power G9 assure photos et vidéo avec des capteurs de qualité) et / ou un camescope avec un port firewire (par ex l’everio que je n’ai pas testé semble disposer de la sd card, du disque dur et du port firewire)
  • une rallonge de 50m sur enrouleur
  • un pied pour stabiliser et préserver le matériel (éviter les chutes)

La partie logicielle est largement couverte par les logiciels libres qui se positionnent là encore comme des pointures. Après la sortie de ses pilotes sous Linux, Ebeam a par ailleurs annoncé la sortie de sa palette Ebeam-interactive. Les professeurs d’EPS des lycées de Poitou Charentes disposeront donc d’un ensemble parfaitement adapté à leur besoins spécifiques. Les professeurs de collège pourront l’installer puisqu’il est libre et gratuit.

Enfin , pour que ces scénarii soient réalisables à moindre coût temporel, il ne faut pas oublier le chariot EPS type : roulettes, protection du vidéoprojecteur par filet ou autre système, rallonge multiprises intégrée...etc.

S’agira-t-il de sortir le TBI, dans tous les cours, une fois doté ? Non, loin de là ; mais ne pas le sortir dans les APSA morphocinétiques serait aberrant de mon point de vue. Tous mes cycles acrosport étaient couverts avec camescope et cassette minidv a minima les années précédentes, ils le seront tous dorénavant avec ordinateur portable et TNI si la région nous dote. J’explorerais plus encore, dans ce cas, les impacts sur la compréhension stratégique dans les activités topocinétiques de salle telle le Tennis de table, le badminton et le Volley Ball.