Travailler avec un Tableau Numérique Interactif en EPS. publié le 23/04/2008  - mis à jour le 15/04/2015

Prise en main :

  • Composition
    La valise ebeam est composée de 4 éléments :
    Composition d'une malette Ebeam Mobile
    un récepteur qui se fixe au mur, ou sur un tableau blanc quelconque . Les modes de fixation fournis sont multiples : ventouses, aimants, pâte à fixe. Après divers essais, le plus commode et le plus fiable s’est avéré être ...la pâte à fixe !
    La patafixe : un système passe-partout fiable !

    Je n’ai jamais changé les morceaux appliqués au support pendant ces 8 semaines, et il était toujours aussi difficile de le décoller à la fin de chaque session. La solution aimantée avait retenu mon attention, mais lorsque j’ai fixé des petites équerres dans le tableau mural pour obtenir un support métallique, j’ai obtenu un léger décalage de 1 à 2mm qui rendaient le calibrage approximatif.

un cable USB
Sa longueur dépasse largement les besoins d’un affichage sur tableau de 2m sur 1,5. Par rapport à une solution bluetooth, il présente l’avantage de fonctionner même si un obstacle s’intercale entre l’ordinateur et le récepteur. L’inconvénient réside dans le possible croche-pied auquel il peut donner lieu ; Une bonne organisation spatiale où tous les câbles sont rangés sous la table et le récepteur placé dans le coin le moins fréquenté du tableau permettent d’éviter ce problème qui d’ailleurs ne s’est jamais produit en 8 semaines.
un stylet  :
Celui-ci communique par le port infrarouge avec le récepteur qui transmet les informations à l’ordinateur qui les exécute. Ce stylet fonctionne avec une pile LR06 ; Je n’ai jamais eu à la changer pendant ces 8 semaines.
2 cdroms sont livrés avec ; Ils ne fonctionnent que sous windows ; L’un offre la fameuse palette qui fait la réputation de l’ebeam, l’autre offre un outil de reconnaissance de caractères dont je n’ai pas eu l’usage dans mes scénarii orientés sur l’image et où l’écriture manuscrite suffisait à mes besoins et projets. En janvier, seuls les pilotes Linux étaient disponibles. Fraîchement écrits, ils n’étaient pas suffisamment stables pour une utilisation avec élèves. J’ai cependant testé de manière plus confidentielle les deux environnements car bon nombre de logiciels libres fonctionnant sous Linux et indispensables à un usage simple et efficace sont capables de rendre les mêmes services que ceux qui sont concentrés dans cette palette. A ce jour la société speechi continue à développer ces pilotes et son logiciel sous Linux . Mi avril, la version beta du logiciel a été livrée aux testeurs.
  • Installation :
    Celle-ci est réalisée par les élèves ; L’un s’occupe de la mise en route du portable et du vidéoprojecteur, pendant que l’autre s’occupe de la mise en place du TNI. L’un ou l’autre le calibre.
    Installation du TBI par les élèves


    Il s’agit donc d’insérer la fiche usb du cable dans le récepteur, de le coller au support (tableau blanc ou mur) puis de relier le cable à un port usb du portable et enfin de lancer le logiciel dédié. A noter : la palette ne se lance que si le tableau est branché. On peut assimiler cela à une "protection" logicielle de l’outil et nous verrons dans notre bilan que cela devient vite un inconvénient.

Schéma de liaison du TBI mobile ebeam
  • Descriptions rapides des outils logiciels dédiés :
    la palette est composée d’un outil de pointage, la souris, d’un outil d’annotation avec choix des couleurs, de la taille de la brosse, d’un outil de dessin de formes prédéterminées, d’un outil de surlinage, d’un outil de capture d’écran où il est possible de choisir une zone, d’un lecteur qui peut rejouer une séquence de captures d’écran et donc reproduire une démarche sous forme de mini vidéo, d’un outil de masquage qui permet de focaliser le regard sur une partie d’une image. A noter : cet outil ne fonctionne pas en superposition d’une vidéo réelle...
    Palette ebeam- Usage EPS


    Plus que les fonctionnalités, c’est leur organisation sous forme de menu contextuel qui rend cette palette très facile à prendre en main. Les informations nécessaires apparaissent au moment voulu. Par exemple, les options de "barbouillage" n’apparaissent qu’une fois le crayon de couleur sélectionné et elles remplacent les autres options. L’utilisateur ne voit donc que les informations utiles et n’est pas stressé par une surcharge visuelle.

Le TNI étant démystifié, il s’agit maintenant de sélectionner les outils plus spécifiques qui vont justifier son intégration dans notre cours et répondre à la volonté de faciliter les apprentissages en EPS.