Accueil : Éducation musicale & chant choral
Accueil >> Actualités >> Actualité nationale >> A nouveau...

article A nouveau socle, nouvel élan ?     -    publié le 29/09/2014

1 2 

« Il est difficile d’attraper un chat noir dans une pièce sombre, surtout lorsqu’il n’y est pas. »
La recherche d’occurrences sur les disciplines artistiques, dans le projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture1, fait nettement penser à ce proverbe, réputé chinois. En effet, alors que tout au long des dix-neuf pages les autres champs disciplinaires sont nommément cités, et parfois abondamment, pas d’éducation musicale, ni d’arts plastiques ! Il faut attendre la toute dernière phrase pour voir apparaître le terme d’ « enseignements artistiques ». Encore celui-ci est-il adossé à l’inévitable « parcours d’éducation artistique et culturelle », qui plus est dans le contexte peu engageant d’un vague fourre-tout2 que ponctuent trois points de suspension : il s’agit bien, sans doute, d’appeler à approfondir le propos.

L’on ne cédera donc pas au désagrément de l’impression première. D’abord, le code de l’éducation est clair : « les enseignements artistiques font partie intégrante de la formation scolaire primaire et secondaire »3. Et puis, il y a l’Europe, le souci de la convergence de ses systèmes d’éducation par la définition de huit compétences-clés4, parmi lesquelles : « sensibilité et expression culturelles ». Du reste, l’on remarque que les motivations à l’appui de cet item européen sont reprises quasi textuellement dans nombre de passages du texte présentement soumis à consultation, où il est notamment question d’éduquer la sensibilité de l’élève. C’était beaucoup moins le cas dans les moutures précédentes, où une approche exclusivement intellectualiste poussait l’éducation artistique vers l’absurde : cf. cette formulation, si étrangère à l’adolescence : « être sensible aux enjeux esthétiques et humains d’une œuvre artistique »5. Il est désormais question « [d’]exprime[r] ses émotions et ses sensations par des productions littéraires et artistiques ».

(1) Version du 8 juin 2014.

(2) L’on y mentionne in extremis les langues anciennes…

(3) Article L 121-6.

(4) http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/PDF/?uri=CELEX:32006H0962&from=FR ; c’est à ce cadre que l’on se réfère pour l’enseignement des langues ; pourquoi pas pour le reste ?

(5) Décidément, l’on ne regrettera pas beaucoup l’actuel livret de compétences !

« Précédente  1 2  Suivante » Sur une seule page
Contact
Accessibilité
Mentions légales
RSS
Académie de Poitiers, Rectorat, 22 rue Guillaume VII le Troubadour BP 625 86022 Poitiers Cedex