La dictée à l'adulte publié le 05/03/2019

Conclusion pour synthèse

1. Le rôle de l’enseignant :

Ce n’est :

  • ni un magnétophone à plume
  • ni un magicien qui transforme les phrases

C’est quelqu’un qui :

  • assure la prise en charge matérielle de l’élaboration du texte :
    • dans le domaine graphique
    • dans le traitement orthographique
  • apporte un étayage qui diminue progressivement.

2. Les objectifs :

Travail cognitif en dehors des difficultés matérielles,

  • apprentissage de l’écriture automatisée : Passer du texte raconté par l’enfant au texte écrit seul (cf. compétence attendue fin de C2 : écriture d’un texte de 10 lignes),
  • apprentissage de la mémorisation du texte le temps de l’écrire,
  • prise de conscience de la spécificité du texte écrit :
    • vitesse d’écriture par rapport à l’oral,
    • mise en mémoire de ce que l’on veut écrire ou de ce que l’on a déjà écrit,
    • segmentation : unité mot et non bloc de signification,
    • structuration de la phrase,
    • relation phonème – graphème.
  • lecture de ce qui a été écrit.

3. La mise en œuvre :

  • pour qui ?
    • un élève capable de raconter seul : 5 minutes, de une à trois phrases.
    • en petit groupe de 3 : un élève dicte, les autres observent.
    • collectivement : pour les élèves qui ne sont pas encore capables d’écrire en situation autonome
  • comment ?
    • en relation duelle ou en petit groupe : l’élève qui dicte doit être à côté de l’enseignant pour voir ce qui s’écrit (regarder la main qui écrit)
    • collectivement (12 ou 15 élèves) : groupe hétérogène. Pas grave si certains élèves sont silencieux, ils apprennent en écoutant. (un maître maîtrise bien la mise en oeuvre après 12 dictées collectives).

4. Situations de dictées collectives pour apprendre à rédiger :

  • réécriture d’un texte lu en classe (album) : la reformulation peut faire apparaître des problèmes de compréhension du texte ;
  • écriture d’un texte raconté : faire dicter par un élève ce qui a été dit par un autre ;
  • écriture d’un texte appris par cœur : chanson, comptine, poésie : le ton de dictée est différent du ton du texte récité ; les élèves épellent les mots connus ou faciles.

5. Prolongement :

Lecture du texte après mise au propre par l’enseignant.
Cas des élèves dyslexiques :
La dictée à l’adulte facilite la lecture de leur oralisation.