Photographier pendant la classe (des cahiers, des livres, des tubes...) publié le 09/06/2014  - mis à jour le 17/07/2018

Avec une webcam

Géraldine Héquette, professeur de sciences physiques au collège Antoine Delafont, utilise et met à disposition des élèves une caméra d’ordinateur (webcam). Les photos ou vidéos réalisées en cours permettent par exemple de mettre en avant les propriétés d’un liquide.

Avantages de ce type d’outil soulevé par le témoin :

 Une webcam est un peu moins coûteuse qu’un visualiseur, et simple à utiliser.

Limites soulevées par le témoin :

 la définition est moins bonne qu’avec un visualiseur, c’est à peine suffisant quand on veut exploiter des textes.

Géraldine s’est associée à l’enseignante documentaliste de son collège pour apprendre aux élèves à citer l’origine des images qu’ils utilisent pour produire un exposé, en leur expliquant notamment que les lecteurs de leurs travaux auront besoin de ces précisions pour mieux interpréter les images et évaluer leur fiabilité. Pour entrainer les élèves on leur fournit une trame de diaporama (sur l’invention de la pile), comportant des informations à réutiliser et des conseils en méthodologie. Ceci est fait en lien avec les items du B2I (Brevet Informatique et Internet).

Voir cette trame de diaporama sur le site du collège (les informations et conseils apparaissent quand on affiche les notes du diaporama).

Pour aller plus loin :

Un article décrivant comment utiliser une webcam en classe, sur le site de mathématiques.

Correction d’un exercice
en sciences physiques
avec visualiseur
et vidéo projecteur.

Avec un visualiseur

Géraldine photographie parfois l’énoncé d’un exercice sur le manuel, et/ou les écrits rédigés par certains élèves. Par l’intermédiaire d’un visualiseur et d’un logiciel de tableau blanc interactif, elle peut afficher, surligner, découper pour mettre en avant en vidéo projection les parties intéressantes de ces clichés, et ainsi faciliter la compréhension, comme elle le ferait avec le TBI lui-même mais sans avoir besoin de ce matériel. Elle valorise notamment différentes formulations possibles, et projette des corrigés constitués à partir de plusieurs copies d’élèves. Visualiser une copie permet aux autres élèves de constater qu’il est bien possible de répondre aux questions avec ses propres mots.
Elle met parfois le résultat à disposition du groupe via l’environnement numérique de travail (i-Cart).

Pour aller plus loin :

 Témoignage illustré sur des usages (multidisciplinaires) de tableau blanc interactif et de visualiseur en collège, 2012, académie de Nancy-Metz.

 Témoignage illustré sur des usages en lettres d’un visualiseur Epson, en collège et lycée sur le site de l’académie de Bordeaux.

 Sur les logiciels de tableau blanc interactif pouvant être utilisés sans tableau blanc interactif : un article sur ce site.

 Autre témoignage page suivante