Intégrer et utiliser des cartes et des schémas vectoriels dans le logiciel Interwrite workspace 7.5 publié le 16/04/2008  - mis à jour le 23/08/2018

Intégrer et utiliser des cartes vectorielles avec interwrite workspace 7.5

Les images vectorielles présentent l’avantage de conserver la même qualité lorsque l’utilisateur modifie leur taille.

En Histoire-Géographie, il existe de nombreuses cartes vectorielles (ou pouvant facilement le devenir). Jusque là, il était difficile de les intégrer facilement dans un logiciel de tableau blanc interactif sauf pour le TBI Promethean. (voir article).

La dernière version du logiciel Interwrite Workspace 7.5 permet désormais d’ajouter facilement des images (et donc des cartes ou des schémas) aux formats vectoriels EMF (Enhanced Metafile, Méta Fichier Amélioré) et WMF (Windows Metafile, Méta Fichier Windows).

Comment récupérer ou créer des cartes ou des schémas vectoriels ?

Il existe peu de cartes ou de schémas vectoriels en ligne à part quelques exceptions et en particulier la cartothèque du site d’Histoire-Géographie d’Aix-Marseille (télécharger les cartes au format EMF ou ODG pour être retravaillées avec dessin d’Openoffice) ou le site personnel d’Eric Dromer (cartes au format WMF).

Voir aussi la page ressources sur une archive Odyssée (le site académique d’Histoire-Géographie de Poitiers) .

Par contre, de nombreuses cartes au format word sont disponibles sur des sites académiques (Orléans-Tours en particulier) ou des sites personnels.

Pour transformer une carte ou un schéma réalisé avec word en image vectorielle, il existe deux possibilités :

Avec word et powerpoint

  • Ouvrir word, sélectionner puis copier la carte ou le schéma.
  • Ouvrir powerpoint et coller la carte ou le schéma dans une diapositive.
  • Le ou la sélectionner
  • Faire un clic droit
  • Cliquer sur Enregistrer en tant qu’image
  • Donner un titre et choisir soit Métafichier Windows amélioré (EMF) soit Métafichier Windows (WMF) puis enregistrer dans le dossier désiré.

Avec openoffice

  • Ouvrir le fichier .doc contenant la carte ou le schéma avec openoffice ( Clic droit sur le fichier, ouvrir avec, swriter).
  • Sélectionner la carte ou le schéma puis le ou la copier
  • Ouvrir soit présentation (logiciel de Préao d’openoffice) soit dessin (logiciel de dessin d’openoffice)
  • Coller la carte ou le schéma
  • Le ou la sélectionner
  • Faire un clic droit
  • Cliquer sur Convertir, En métafichier
  • Faire un clic droit
  • Cliquer sur Enregistrer comme image, choisir soit EMF ou WMF comme format de fichier puis enregistrer dans le dossier désiré.

Une ressource incontournable avec openoffice, cart’OOo

Cart’OOo , développé par Gilles Badufle, est un outil très intéressant pour inclure des fonds de carte vectoriels dans openoffice. Il suffit (après avoir bien suivi les consignes d’installation) sur le site OOo.HG de cliquer sur l’icône Gallery pour voir apparaître les quelques 200 fonds de cartes classés par catégories.

La barre d’outils Dessin permet ensuite de modifier, remplir, légender le fond de carte en un mot de réaliser ou de faire réaliser (aux élèves) un croquis.
L’autre intérêt de cet outil est son utilisation avec un tableau blanc interactif. Cart’OOo devient alors une banque de fonds de cartes vectoriels qu’il suffit d’enregistrer au format EMF ou WMF (voir page précédente) pour l’intégrer à la galerie d’Interwrite Workspace 7.5.

Comment intégrer ces cartes ou schémas dans Interwrite workspace 7.5 ?

Il existe en fait deux possibilités :

Pour intégrer quelques cartes ou schémas

  • Lancer Interwrite en mode interactif (en double-cliquant sur l’icône icone_interwrite installée sur le bureau de l’ordinateur)
  • Cliquer dans la barre d’outils sur Galerie galerie
  • Choisir une des catégories de la galerie en cliquant dessus ou bien en créer une nouvelle en cliquant sur le menu Galerie (en haut à gauche de la galerie) Menu galerie , puis en choisissant Ajouter une nouvelle catégorie.
  • Sélectionner (clic gauche sur l’image) votre carte ou schéma et la faire glisser (en maintenant le clic gauche) dans la catégorie de la galerie Interwrite (en relâchant le bouton gauche de la souris).

Cette démarche est intéressante pour ajouter quelques cartes ou schémas à la galerie.

Pour intégrer un nombre plus important de cartes ou schémas

  • Créer un dossier où vont être stockés les cartes et schémas vectoriels à ajouter à la galerie. Il est évidemment possible de faire des sous-dossiers.
  • Lancer Interwrite en mode interactif
  • Cliquer dans la barre d’outils sur Galerie galerie
  • Cliquer sur le menu Galerie (en haut à gauche de la galerie) Menu galerie
  • Cliquer sur Ajouter des répertoires à la galerie
  • Dans l’interface qui apparaît alors :
    Ajouter des répertoires à la galerie Interwrite
    • Cliquer sur Parcourir pour aller chercher le dossier à ajouter à la galerie
    • S’assurer que Inclure des sous-répertoires est coché (si le dossier contient des sous-dossiers)
    • Cliquer sur Ajouter
  • La nouvelle catégorie est alors ajoutée à la galerie (classement alphabétique).

Comment travailler ces cartes ou schémas dans Interwrite workspace ?

Le logiciel Interwrite ne permet pas, au contraire du logiciel Activstudio 3 de Promethean, de séparer les formes constituant une image vectorielle WMF. Cependant, il conserve les éléments texte (au contraire d’activstudio) et, en utilisant l’outil remplissage, il devient assez facile de remplir les différentes formes constituant la carte ou le schéma.

  • Lancer le logiciel interwrite workspace 7.5 en mode interactif
  • Cliquer sur la galerie puis sur le répertoire où se trouve la carte à ajouter
  • Créer une page vierge Page vierge
  • Sélectionner la carte puis la glisser déposer dans la nouvelle page
  • Cliquer sur l’outil remplissage Outil remplissage puis choisir la couleur désirée et remplir les différentes zones de la carte.

L’idéal serait de pouvoir séparer immédiatement les formes de la carte vectorielle mais déjà il est possible de facilement personnaliser un fond de carte vierge et de le faire compléter étape par étape aux élèves comme dans l’exemple ci-joint.