Accueil : Compétences
Accueil >> Réflexions théoriques >> En évaluati...

article En évaluation, critères, indicateurs : quelles différences ?     -    publié le 23/09/2011

Cet article de C. Teillet et P. Péaud donne quelques pistes pour clarifier la place du critère et de l’indicateur dans le domaine de l’évaluation de compétence.

François-Marie Gérard , dans son guide pratique Evaluer des compétences, nous donne quelques précieuses pistes.
L’évaluation des compétences doit, dans la mesure du possible, faire sortir la valeur d’une production donnée (du latin e-valuere ), c’est-à dire mettre en évidence ce qui est réussi et pas seulement signaler les lacunes.
Pour cela, l’évaluateur doit s’appuyer sur deux éléments : les critères et les indicateurs.

• Le critère ou la qualité que l’enseignant s’attend à trouver dans les productions de l’élève

Des listes de critères sont fréquemment observées dans les sujets de devoir donnés aux élèves, ces critères doivent être formulés de façon globale et qualitative car ils sont généraux et abstraits.
D’après Gérard ils sont aussi :

  • Indépendants : l’échec ou la réussite d’un critère ne doit pas entraîner l’échec ou la réussite d’un autre critère.
  • Pondérés : tous les critères n’ont pas la même importance, on peut par exemple leur attribuer un nombre de points différents.
  • Peu nombreux : l’idéal étant de choisir trois critères minimaux (essentiels, à acquérir prioritairement) et un critère de perfectionnement (permettant de valoriser les élèves experts).


Attention : on ne pourra se prononcer sur le degré de maîtrise d’un critère qu’à l’issue de plusieurs travaux réalisés par l’élève.

 

• Les indicateurs ou ce que l’évaluateur doit regarder pour évaluer le degré de maîtrise d’un critère

Les indicateurs sont contextualisés, concrets, observables et sont prélevés par l’évaluateur.

C’est au moment où l’enseignant observe l’élève en action ou évalue une production qu’il prélève les indicateurs et les met en relation avec le critère.
Un indicateur n’est pas une preuve, il n’acquiert de sens que s’il est mis en relation à la fois, avec d’autres indicateurs et avec un critère. Il est donc nécessaire de croiser des informations pour affirmer si finalement un critère est ou non respecté.
L’évaluation d’un critère doit se faire dans trois tâches distinctes et pour chacune de ces tâches l’évaluateur doit pouvoir prélever plusieurs indicateurs.
L’évaluateur ne peut pas définir de liste d’indicateurs à priori sinon il s’empêche d’évaluer des éléments auxquels il n’avait pas pensé.

Il y a évaluation lorsque l’évaluateur apprécie l’écart qui existe entre ce qu’il s’attend à trouver (les critères) et ce qu’il a trouvé dans la production de l’élève.
Mais en tout état de cause et comme l’affirme F-M Gérard1"l’évaluation reste et doit rester un processus éminemment subjectif, en ce sens qu’elle repose sur une série de choix de l’évaluateur permettant de mettre en valeur les compétences des élèves. »

(1) François-Marie Gérard, Evaluer des compétences, Guide pratique, De Boeck coll. Sciences de l’éducation, 2008

Contact
Accessibilité
Mentions légales
RSS
Académie de Poitiers, Rectorat, 22 rue Guillaume VII le Troubadour BP 625 86022 Poitiers Cedex