Evaluation par contrat de confiance publié le 08/12/2014  - mis à jour le 05/01/2015

Pour ne pas être qualifié de "professeur laxiste" les enseignants ont souvent tendance à mettre de mauvaises notes à certains élèves, même à l’école primaire où l’évaluation se fait selon trois critères ("acquis", "non acquis" et "en voie d’acquisition") ils se sentent "obligés d’utiliser ces trois critères.
Ainsi, à y regarder de plus près, le plus souvent, la moitié des élèves d’une classe se trouve en situation d’échec (lire à ce propos sur le site, l’article sur les performances scolaires).
Si plus de 90% des enseignants reconnaissent l’existence de ce phénomène, ils ne sont cependant pas totalement acquis à cette cause et restent des sélectionneurs malgré eux.

SOMMAIRE

Page 2 :
 Pourquoi ce phénomène inconscient ?
 Quelques conséquences catastrophiques de ce dysfonctionnement
 Les pièges auxquels succombent les enseignants
 Ce phénomène est-il présent dans d’autres pays ?
 A. Antibi : une raison d’être optimiste

Page 3
 L’EPCC : Evaluation par contrat de confiance