Accueil : CASNAV

article Pour un renouveau pédagogique : le cas de l’école québécoise     -    publié le 27/06/2014

Pourquoi changer ce qui fonctionnait bien pour la plupart des élèves ?

1 2 

• Pourquoi changer ce qui fonctionnait bien pour la plupart des élèves ?

Après une analyse poussée des pratiques enseignantes et des expériences les plus intéressantes, il faut offrir aux enseignants les meilleurs moyens pour que CHAQUE élève puisse en bénéficier.
Le développement des compétences est une approche privilégiée et quasi internationale aujourd’hui. Il intègre l’apprentissage de connaissances (désormais le quotidien d’élèves partout dans le monde). Il s’agit donc de faire mieux et de préparer de façon plus adéquate les populations aux enjeux économiques, environnementaux et sociaux de demain.

- Les domaines de formation qui préparent l’élève au monde de demain

Le monde d’aujourd’hui est de plus en plus complexe. C’est pourquoi, au Québec, la majorité des activités en classe est liée à l’un ou l’autre des domaines suivants : médias, santé, environnement et consommation, orientation et entrepreneuriat, vivre ensemble et citoyenneté.
L’idée est de proposer des activités d’apprentissage, valorisées par l’école et intéressants pour les élèves, le plus souvent en relation avec ces thèmes.
L’apprentissage de connaissances (notamment fondamentales) n’est pas oublié, il se fait dans un domaine concret (ex. l’élève pourra apprendre à lire tout en développant son sens critique à l’égard de différentes problématiques). Les apprentissages amènent aussi l’élève à découvrir les grands enjeux (ex. problèmes environnementaux, impact des médias,etc...)

- Des compétences communes à toutes les matières

Les compétences transversales ont souvent prêté à confusion. En fait, elles sont dites transversales parce qu’elles concernant TOUS les enseignants et TOUS les élèves. Ces compétences sont, par exemple : savoir exercer son jugement critique, savoir résoudre des problèmes, savoir se donner des méthodes de travail, savoir coopérer et travailler en équipe, savoir communiquer de façon efficace.
Si tous les enseignants sont invités à tenir compte de ces compétences, cela signifie, par exemple que, dans chaque cours, il devra apprendre à accroître sa compétence dans l’utilisation de l’informatique, communiquer à l’oral et à l’écrit de façon appropriée, recourir à des méthodes de travail efficaces, ... Autant d’apprentissages dont tous les enseignants ont la responsabilité.

- Points communs de tous les cours

Chaque cours développe au moins 3 compétences et contient un grand nombre de connaissances (les mêmes que par le passé, plus quelques ajouts ou des modifications et enrichissements - cas des Sciences), qui doivent obligatoirement être apprises.
L’élève apprend à mettre en pratique ses connaissances et à savoir quand et comment les utiliser. Ainsi, il développe des compétences.

Exemples :
mathématiques
Par l’apprentissage de la résolution de problèmes, l’élève développe des habiletés mathématiques diverses et l’utilité concrète de celles-ci. Les concepts de manipulation de fractions, la géométrie,... sont toujours au centre des apprentissages mais leur utilité est mise en avant par des cours plus concrets.
français
Par l’apprentissage axé sur l’écriture, la lecture et la communication orale (en mettant l’élève face à toutes sortes de communications pouvant avoir lieu). Ecrire sans fautes, développer un sens critique vis à vis des médias, développer le goût de la lecture, savoir écouter et prendre la parole sont des éléments pris en considération.
langue vivante
Par un apprentissage axé sur la communication orale, la lecture, l’écriture, les compétences visées permettent à l’élève de communiquer dans la langue de façon satisfaisante à la fin de son parcours secondaire.

« Précédente  1 2  Suivante » Sur une seule page
Contact
Accessibilité
Mentions légales
RSS
Académie de Poitiers, Rectorat, 22 rue Guillaume VII le Troubadour BP 625 86022 Poitiers Cedex