Projet CO2 « Cognition et Coopération » publié le 16/02/2020  - mis à jour le 19/02/2020

Lien avec le projet académique :
Ambition 1 : Construire des apprentissages durables.
Objectif 3 :

  • Encourager l’autonomie des élèves par les pratiques pédagogiques.
  • Construire des apprentissages durables grâce à une meilleure connaissance de soi, des mécanismes de mémorisation, du cerveau.
  • Permettre à chaque élève par une évaluation positive d’apprendre et de progresser à son rythme et de gagner en estime de soi.

A l’origine du projet

Environnement du projet

Le collège Romain Rolland (REP+) situé à Soyaux, à côté d’Angoulême, accueille environ 250 élèves, répartis dans 11 divisions.

L’établissement compte également :

  • une Unité pédagogique pour élèves allophones arrivants comptant une vingtaine d’élèves (UPE2A : pour l’accueil des élèves allophones nouvellement arrivés en France),
  • une Section d’enseignement général et professionnel adapté (SEGPA) composée de 90 élèves répartis dans 7 divisions,
  • une Unité d’enseignement externalisée (UEE) rattachée à un IME de la commune accueillant 10 élèves

Ce sont donc 340 élèves qui fréquentent l’établissement.

C’est un public généralement fragile, socialement et scolairement : 90% des élèves sont issus de CSP défavorisées. La mixité sociale est faible car les élèves viennent essentiellement des trois écoles rattachées au quartier.
Depuis trois ans le taux de réussite au DNB est supérieur au taux départemental.

Situation de départ

Suite à une journée de formation REP+ suivie en 2017, plusieurs collègues du collège ont souhaité mettre en place le tutorat entre pairs. Cette idée a été renforcée lors d’une journée de formation syndicale organisée par le SGEN en 2018 au sujet de la coopération. Les enseignants ont également suivi un MOOC sur la cognition et une formation sur l’apport des neurosciences ce qui leur a permis de donner un axe supplémentaire à leur projet.
Par ailleurs, les enseignants constatent que les élèves ont des difficultés à entrer dans les apprentissages, à les fixer sur le long terme. Afin de lutter contre les inégalités en favorisant la démocratisation des apprentissages et de répondre aux difficultés spécifiques liées au public d’un REP+ et d’améliorer le climat scolaire, plusieurs enseignants ont décidé de créer la classe CO2, cognition et coopération, au niveau 5ème, une classe de 20 élèves.

Cette classe, lancée à la rentrée 2018, s’appuie sur la coopération entre pairs et sur un travail cognitif spécifique qui visent à :

  • renforcer les apprentissages chez les élèves,
  • démocratiser l’accès aux savoirs,
  • développer l’autonomie des élèves et la solidarité entre eux,
  • favoriser l’estime de soi,
  • agir sur le climat scolaire par la coopération.

La mise en œuvre du projet et son organisation

Plusieurs enseignantes et personnels participent à ce projet :

  • Mme Personne, professeure d’histoire-géographie et coordonnatrice,
  • Mme Boutmy, professeure d’espagnol,
  • Mme Mas, professeure de français,
  • Mme Periers, professeure de mathématiques,
  • des assistants pédagogiques.

Le projet s’inscrit dans un emploi du temps classique pour les élèves : dix heures (français, espagnol, histoire-géographie), une heure de vie de classe toute les deux semaines.

Une heure de concertation fixe dans l’emploi du temps des professeures est prévue, un temps nécessaire pour la régulation du projet.

Quelques aménagements ont cependant été effectués dans l’emploi du temps en histoire-géographie. Au lieu de 3 fois 1heure, les élèves ont des séances de 1h, 1h30 et 30 minutes :

  • 30 minutes sont dédiées à une séance de mémorisation en présentiel
  • le temps d’1h 30 est consacré à un atelier coopératif avec l’intervention à l’année d’un professeur-ressource.