Accueil : B2I - C2I
Site B2I - C2I

article Pratiques pédagogiques en collège     -    publié le 18/08/2007    mis à jour le 13/05/2016

Les mots pour le dire

image : Demande d’aide d’un élève dans un forum public, image réutilisable.

Le B2I soulève différentes questions pédagogiques, plusieurs réponses sont à chaque fois possibles :

- Comment peut-on savoir si un élève adopte une attitude prudente quand il communique avec Internet ?

Il est impossible d’attester qu’il obéit toujours aux règles de prudence, mais on peut vérifier qu’il les connait et qu’il est conscient de leur intérêt.

Dans certains collèges, à certaines heures et les élèves peuvent consulter leur courrier électronique ou des sites de loisirs. Ceux qui ne bénéficient pas dans leur famille d’une éducation à l’usage d’internet peuvent ainsi acquérir des pratiques et comprendre les risques, au contact de leurs camarades mieux informés, des documentalistes, des assistants d’éducation... Le comportement attendu lors de ces usages doit être expliqué et affiché. L’élève peut suite à ces pratiques citer des exemples où il s’est montré prudent.

Des professeurs d’éducation civique ou des CPE mettent en place des séances de sensibilisation à la notion d’identité numérique.

Dans d’autres collèges ce sont les documentalistes qui informent les élèves et les incitent à vérifier qu’ils ont de bonnes habitudes par des tests en ligne.

- Où trouver le temps d’apprendre aux élèves à communiquer avec Internet, et pourquoi n’est-ce pas le professeur de technologie qui forme les élèves ?

Les bases de la communication sont données à l’école primaire, et si l’acquisition de certains savoir-faire fait partie des objectifs des travaux pratiques en technologie, pour les autres enseignants il s’agit de donner aux élèves l’occasion de prendre de bonnes habitudes.

Prendre le temps de se former à l’usage du courrier électronique ou des blogs est un investissement, à faire avec un objectif pédagogique : améliorer le suivi des élèves (quand un élève rate un cours il me le demande par mail), travailler la correspondance (les élèves correspondent par mail avec des élèves étrangers), renforcer la cohésion du groupe à l’occasion d’un projet ou d’un voyage, stimuler une expression écrite riche et soignée...

Cet investissement est aussi en général compensé par une plus grande motivation des élèves.

- Ne doit-on pas lire les messages que les élèves reçoivent et envoient ?

Le courrier est privé, et c’est un des enjeux du B2I d’apprendre aux élèves à respecter la vie privée d’autrui. On doit donc avertir l’élève à l’avance de ce qu’on lui demandera de montrer. Les élèves et les familles doivent être informés quand on crée une boite aux lettres de ce qui est interdit dans le cadre de la correspondance.

un document Lettre aux familles (PDF de 66.2 ko)

Document utilisé dans un collège pour expliquer la création d’une adresse mail aux familles.

- Les élèves sont-ils vraiment capables de s’auto positionner ?

Cela s’apprend. Cette démarche les aide à mieux se connaître, à prendre confiance en eux, à mesurer les progrès qu’il leur reste à faire, développant par là-même l’autonomie. Au départ l’élève a besoin d’être encouragé et ses erreurs doivent être traitées avec bienveillance. Si l’enseignant précise ce qu’il attend et les critères d’évaluation qu’il considère comme valables (...quand tu sauras le faire seul, ou quand tu auras constaté une deuxième fois que tu sais le faire...), les erreurs d’appréciation deviennent rares.
Par ailleurs apprendre à s’auto positionner n’implique pas forcément de savoir écrire une justification bien formulée. A chaque enseignant d’inclure ou pas la nécessité d’une formulation correcte, en fonction du contexte.

- Quel crédit peut-on accorder aux justifications d’élèves, alors qu’ils peuvent utiliser le « copié-collé », ou faire rédiger leur message de justification par quelqu’un d’autre ?

La justification n’est souvent qu’un élément d’ un faisceau d’indices (attitudes, propos tenus lors des activités, exercices, travaux rendus...) permettant d’évaluer la compétence de l’élève.
Quand la déclaration est en contradiction avec les autres indices, on peut vérifier l’acquis en posant à l’élève une ou deux questions.

Pour établir une relation de confiance réciproque il faut que les élèves aient un intérêt et soient autorisés à s’exprimer de manière personnelle. Ils doivent comprendre que le professeur souhaite avant tout les faire progresser. Il peut être utile de mettre en avant au départ les critères de sincérité (ne me demandez la validation que si vous estimez vous-même avoir le niveau) et de précision dans la déclaration, plutôt que de niveau ou de correction du langage.

un document Auto évaluation (PDF de 63.7 ko)

Témoignages d’enseignants qui valident des items en collège à la demande des élèves.

- Document joint

Document réalisé par l’animateur TICE du collège A Delafont.

Contact
Accessibilité
Mentions légales
RSS
Académie de Poitiers, Rectorat, 22 rue Guillaume VII le Troubadour BP 625 86022 Poitiers Cedex