Accueil : Compétences numériques
Accueil >> Organiser...
Site Compétences numériques

article Organiser le B2I au sein du lycée     -    publié le 26/03/2009    mis à jour le 09/05/2017

1 2 

Le rôle et l’importance du B2I lycée ont été rappelés par le ministère en novembre 2010. Dans notre académie certains lycées ont mis en œuvre le B2I quand le B0 de 2005 a rendu cette mise en place obligatoire et envisagé de l’intégrer au baccalauréat. On peut tirer quelques conclusions de leur expérience de plusieurs années.

bilan des exposés en cours d'ECJS

• L’information

L’implication du tiers des enseignants dans la validation des items permet de toucher tous les élèves, et peut être obtenue après la phase de mise en œuvre. Les membres du personnel qui ne participent pas aux validations doivent cependant connaître le référentiel (car ils peuvent donner aux élèves des occasions de développer leurs compétences), et être informés des modalités de validation et de suivi appliquées dans l’établissement. Dans certains lycées, cette communication est étendue à toute la communauté éducative, parents inclus, par exemple par un journal en ligne ou les compte-rendus du comité de pilotage du numérique.

• La concertation

- Le dispositif a souvent été mis en œuvre dans ces lycées par un petit groupe d’enseignants à l’aise avec les nouvelles technologies, par exemple au lycée Palissy par les enseignants du secteur tertiaire. Il faut ensuite augmenter ce groupe, ou assurer une rotation, année après année. Au lycée Charles Coulomb un temps d’harmonisation est organisé par équipes pédagogiques en octobre, préparé par le coordinateur B2I et sur convocation du chef d’établissement. Ce temps permet une répartition des futures validations, mais aussi aux enseignants d’échanger sur leurs expériences respectives du B2I.
- Le coordinateur forme les enseignants qui débutent dans la validation d’items du B2I à l’utilisation de OBII. Quelquefois il s’agit surtout de rassurer (commenter ensemble le référentiel et les demandes de validation des élèves est souvent une bonne solution).
Ces concertations font parfois émerger des besoins de formation qui peuvent être pris en compte par différentes modalités.

- Dans certains établissements, le lancement s’est appuyé plutôt sur l’implication commune d’un large groupe d’enseignants intervenant dans un même niveau (élèves des classes de seconde par exemple). Les modalités ont été retenues après consultation des enseignants concernés. Ce mode de lancement ne garantit pas pour autant une généralisation rapide du dispositif, car il s’agit de prise en compte des nouveaux médias dans les pratiques pédagogiques, et d’un nouveau mode d’évaluation, changements qui ne s’opèrent que lentement. Mais il permet de lier durablement le B2I et des pratiques pédagogiques existantes (par exemple B2I et travaux personnels encadrés).

- La concertation a parfois été faite par équipes disciplinaires, pour définir une répartition des items sur les différents niveaux, qui puisse être reconduite année après année. Exemple de répartition négociée au lycée Merleau Ponty (document .xls).

• La formation des enseignants

- L’utilisation de OBII nécessite une présentation (voir ressources de présentation OBII) mais la prise en mains est rapide. En revanche les enseignants craignent souvent de mal interpréter les items ou de se tromper dans le niveau de compétence attendu des élèves (voir ressources de présentation des compétences).
Si cette crainte domine l’élargissement du nombre d’enseignants impliqués peut s’appuyer sur un stage "établissement", qui permette en même temps d’apprendre à mieux utiliser les TICE (demandes de stages à formuler auprès de la FCE en mars pour l’année suivante). On peut aussi mettre à disposition
- des ateliers de co-formation,
- des ressources pour faire évoluer les pratiques vers des usages en accord avec le B2I : ex respect du droit d’auteur (site du lycée Pilote Innovant).

• Les leviers

- Certains craignent que la validation des items leur prenne trop de temps, au détriment de leurs autres missions. Le témoignage de professeurs ayant déjà trouvé des modes de validation qui s’harmonisent facilement avec leurs pratiques pédagogiques sera un atout. Donner la possibilité de valider certains items sans attendre la demande de l’élève est aussi une condition facilitatrice.

- Une impulsion est nécessaire de la part du chef d’établissement, visant une dynamique collective. L’enseignant sent alors que le travail va être réparti sur un nombre significatif d’enseignants, et mènera effectivement à la possibilité pour les élèves d’obtenir l’attestation.

- Le personnel doit aussi sentir qu’on prend en compte ses besoins de formation, de matériel, d’assistance (voir le témoignage de chefs d’établissement dans le film "B2I, partage des tâches").

- Les apports du B2I, l’importance des compétences numériques et le travail d’équipe effectué par les enseignants impliqués gagnent à être mis en valeur par le chef d’établissement (évocation des résultats lors des réunions plénières, des conseils de classe, remise des attestations...).

un document Coordination du B2I (PDF de 65.6 ko)

Les rendez-vous annuels du B2I, observations d’animateurs TICE tenaces.

« Précédente  1 2  Suivante » Sur une seule page
- Document joint

Dernière mise à jour : 2009

Contact
Accessibilité
Mentions légales
RSS
Académie de Poitiers, Rectorat, 22 rue Guillaume VII le Troubadour BP 625 86022 Poitiers Cedex