Second Life publié le 03/06/2009  - mis à jour le 28/12/2013

"Le virtuel est ce qui nous aide à faire advenir ce que nous ne sommes pas encore".
Philippe Quéau

Icônes virtuelles et performances synthétiques d’Eva et Franco Mattes

  • "13 Most Beautiful Avatars"

Si Second Life autorise une immersion dans le virtuel et une désertion du réel, cet univers vient aussi faire irruption dans le réel.
Tel est le cas chez Eva et Franco Mattes avec leur série de portraits d’avatars intitulée "13 Most Beaufiful Avatars".
Plutôt que de rendre les représentations plus réalistes ou plus immersives au sein du monde virtuel, les portraits d’avatars, présentés en grands formats dans une salle de la Italian Academy à New-York, font entrer un peu de virtualité dans le monde tangible. On y retrouve l’esthétique léchée de Lichtenstein et surtout une résonance avec le travail artistique de Warhol sur les icônes populaires, ici ce sont les visages des avatars les plus connus du monde virtuel.
Si les artistes ont travaillé méticuleusement le réalisme des portraits, par une observation des petits détails comme les pores de la peau et les veines, c’est la réalité de l’avatar lui-même qui y est générée : sa palpabilité en dehors du monde virtuel.

Dans une interview, le couple explique que ces avatars sont des portraits construits, et que contrairement à beaucoup de portraits, ils ne sont pas basés sur la question de la ressemblance mais plutôt sur le désir d’être un autre.

« Nos œuvres ne sont pas vraiment des portraits mais d’une certaine manière, des images d’autoportraits. »

« Dans second life vous êtes forcés de ne pas être vous-même, de porter un masque 3D ultra moderne. Mais les masques ne sont pas là pour masquer votre véritable identité. Au contraire, ils sont là pour montrer qui vous êtes vraiment.
Depuis le temps que nous vivons de fausses identités, il était évident que nous serions attirés par le monde des avatars. »