Accueil : Arts Appliqués
Accueil >> Enseigner >> Pédagogie >> Brève histo...

article Brève histoire de K. {Suite 10}     -    publié le 12/07/2013

La dernière pour la route... J’ai fini.

1 2 3 4 5 6 7 
(78)

Avant hier, sur le parking rue des Fiefs, alors que se déroulaient les épreuves du Brevet des Collèges, une petite troupe est passée près de nous, Danielle et moi : Alrick, Neville, Monsieur Boullé, Rémi, l’ami Gontran et quelques autres, déjà bronzés, les lunettes de soleil relevées sur le front, façon VSD ou Club Med. En débardeur et la basket lourde, certains en short et tongs, ils s’acheminaient lentement vers la salle d’examen, sise au lycée d’à côté, pour y subir l’épreuve d’Histoire-Géographie / Education civique.
Ils nous ont regardés, indifférents, goguenards sur les bords, vaguement méprisants ; ils ne nous ont pas salués.
Nous aurions apprécié un « bonjour, ça se passe bien ou c’est difficile ». Nous aurions apprécié d’exister à leurs yeux.
« Tu as remarqué ? m’a dit Danielle. On s’est vus toute l’année et ils ne sont pas capables de nous dire bonjour.
– Ça m’est égal. » (C’est triste. Progressivement vient l’indifférence, en mon dedans elle vient – doublée d’une sorte de mépris.)
« On s’est pourtant emm… avec eux, Myriam surtout, pour l’orientation.
– … »
L’orientation de fait nous a occupés quasiment toute l’année. Et les exemples ont été nombreux, de mollesse, d’apathie, de manque de savoir-vivre, d’inconséquence, de grossièreté et d’ingratitude.
« C’est pour ces raisons que j’en ai marre d’être ici, dit Danielle. J’ai vraiment envie de préparer l’agrégation. Je changerai d’horizons. Je mérite peut-être mieux, non ?
– … »
J’en ai vu partir d’autres, Francine, Jacques, qui s’étaient beaucoup investis. Et je ne sache pas que, par la suite, l’une ou l’autre l’aient jamais regretté. Le monde du lycée professionnel est ingrat.

La petite troupe tourne à l’angle de la rue Jean Perrin ; les épreuves du brevet se déroulent au lycée professionnel de la Carrosserie.
Des rires fusent, roulent, suivent les candidats comme tintements de breloques, tournent en rond comme un manège de chevaux de bois.
Comme tous les ans, à cette saison, je ressens une inexplicable mélancolie. Eux, ils n’ont pas l’air inquiet.

« Précédente  1 2 3 4 5 6 7  Suivante » Sur une seule page
Contact
Accessibilité
Mentions légales
RSS
Académie de Poitiers, Rectorat, 22 rue Guillaume VII le Troubadour BP 625 86022 Poitiers Cedex