Accueil : Arts Appliqués
Accueil >> Enseigner >> Pédagogie >> Brève histo...

article Brève histoire de K. {Suite 5}     -    publié le 16/05/2013

Témoignage (toujours) ému...

1 2 3 4 
(36)

Nous abordons la seconde phase de notre démarche éducative : la sanction. Une sanction mûrement réfléchie, élaborée en concertation, inspirée en quasi-totalité d’un dispositif expérimenté avec succès dans un lycée professionnel de la région parisienne. Myriam, la professeure principale, explique à K. le principe : il s’agit d’une grille de suivi hebdomadaire. Heure par heure, chaque professeur notera ce qu’il pense de K., sur le plan du travail et du comportement, en cochant la case qui convient, d’un B. (bien) ou TB. (très bien) ou I. (insuffisant) en regard des différents items retenus. K. devra présenter cette grille à chaque professeur, au terme de chaque séance. Un point, c’est tout.
K. regarde à peine le document, le repousse et marmonne : « J’veux pas faire ça. Ça m’intéresse pas. Ça me fait trop chier ce truc ! »

Notre déception est grande.
« Cela ne te demande aucun effort personnel, K. reprend Myriam Seulement ne pas oublier de présenter la grille. La contrainte est minime.
– Mais ça sert à rien ce truc ! Ça me fait chier ! »
Un silence.
« Tu n’as pas l’air de comprendre ce que sont nos intentions. Ecoute bien, K. »
K. se dandine sur sa chaise, de droite et de gauche ; il renâcle comme un cheval qui refuse de monter dans la bétaillère ; comme un animal sauvage capturé par l’équipe d’Hatari – mais nous ne sommes pas aussi déterminés que John Wayne et sa troupe de durs à cuire pour parvenir à nos fins ; voyons plutôt :
« K., essaie de saisir l’esprit dans lequel nous agissons. Ne comprends-tu pas que nous voudrions t’associer en quelque sorte à cette démarche, pour un mieux-être ?
– … (Mouvement ininterrompu du genou dans le baggy.)
– Oui. Tu ne subis pas une sanction : tu deviens acteur, toi-même, du changement que nous attendons, que nous espérons.
– … (Tremblement dans le baggy.)
– Ne crois-tu pas que cette grille peut t’aider à mesurer tes progrès ?
– … (Tremblement plus fort et oscillation de boussole du nez de la basket.)
– Oui. Tu participes. Comprends-tu cela ? Et ce n’est que pour une durée de quinze jours. Après, nous ferons le point ; nous aviserons. S’il n’y a pas lieu de maintenir le dispositif de suivi, si nous enregistrons avec toi des progrès, nous arrêterons.
– J’vois pas à quoi ça sert ce truc ! J’en ai rien à foutre ! Ça me fait chier ! Putain !
– Nous voudrions en fait que tu sois associé à ce suivi en toute transparence. » (Myriam reformule, appuie sur des mots-clés : associé, transparence, participation, acteur. Tout le lexique de l’équipe éducative. J’observe ses beaux yeux qui semblent toujours croire en l’autre ; et sa façon de se tenir droite qui signe sa générosité.) « Tu es informé ainsi de ce que tel ou tel professeur note à ton sujet, tel ou tel jour, ça ne se passe pas dans ton dos. Tout est ouvert. Les choses sont claires. À la limite, pourquoi ne pas imaginer que, progressivement, tu renseignes la grille avec le professeur ? Que tu puisses donner ton avis sur l’appréciation qui est portée ? »
K. fait des non de la tête ; il signifie paroxistiquement son irritation du genou tremblant.
« Est-ce que j’ai été correct pendant le cours ? C’est oui, c’est bien. Ou c’est non. L’intérêt alors du dispositif c’est de t’amener à réfléchir, tout de suite, à ce qu’a été ton attitude, à en prendre conscience, dans l’instant présent. La sanction est faite pour t’aider à prendre conscience.
– … Fais chier. (Je le sens trop à full up.)

« Précédente  1 2 3 4  Suivante » Sur une seule page
Contact
Accessibilité
Mentions légales
RSS
Académie de Poitiers, Rectorat, 22 rue Guillaume VII le Troubadour BP 625 86022 Poitiers Cedex