Accueil : Arts Appliqués
Accueil >> Enseigner >> Livres >> Un peu à...

article Un peu à côté...     -    publié le 27/08/2010    mis à jour le 30/08/2010

1 2 

Elle franchit le passage ouvert pour pénétrer dans la partie bureau, où étaient accrochés les dessins. Derrière la table, un jeune homme était penché sur un ordinateur portable. Elle examina les dessins. Elle n’aurait su dire pourquoi elle regardait aussi intensément. Au-delà du plaisir, elle pénétrait dans une sorte d’état d’assimilation. Elle essayait d’absorber ce qu’elle voyait, pour l’emporter, s’en envelopper et y dormir. Il y avait tant à voir. À transformer en tissu organique, autrement dit en soi-même.

Voici un extrait de L’homme qui tombe, un roman de Don Delillo, Babel /Actes Sud. Page 250. En première de couverture, un photographie aérienne. Grise et bleutée. Une mégalopole, envahie d’une épaisse fumée ou de cohortes de nuages compacts qui s’étireraient sur elle de part et d’autre. Seuls les sommets les plus hauts de quelques buildings sont visibles. La ligne d’horizon décrit un arc de cercle. Descendant de gauche à droite. Un incendie ? Un effondrement ? Une ()quelque chose, c’est certain. Décroissance, déflagration, désinvestissement, désengagement…

Le roman commence par cette matinée du 11 septembre 2001 ; son atmosphère, empreinte de cette catastrophe, marquée par l’image de cette personne qui tombe (que les télévisions ont diffusée), ne me paraît pas étrangère à ce « chaos sublime » dont parle Thierry dans son article sur Maximiliano Fuksas.

« Précédente  1 2  Suivante » Sur une seule page
Contact
Accessibilité
Mentions légales
RSS
Académie de Poitiers, Rectorat, 22 rue Guillaume VII le Troubadour BP 625 86022 Poitiers Cedex