Accueil : Arts Appliqués

article "les Oiseaux" d’Hitchcock     -    publié le 06/02/2010    mis à jour le 07/02/2010

Analyse d’image et de film

Tout commença quand, au printemps 2009, j’ai présenté à mes élèves de terminale CAP dessinateur d’exécution en communication graphique cette publicité pour la Fnac.

Hitchcock

Je trouvais cette publicité intéressante pour sa composition, le traitement des couleurs et des matières et je pensais que l’humour contenu dans la scène pouvait aider les élèves dans l’analyse du message publicitaire.
J’ai commencé l’analyse avec les élèves et dès le départ, j’ai senti qu’il n’accrochaient pas. Je les sollicitais, les questionnais mais rien ne venait. Ne voulant pas dévoiler tout, je maintenais le suspense en dénotant uniquement le document. Lorsque j’ai abordé la connotation, j’ai ensuite compris ce qui les gênait : la trombine de ce serveur ne leur disait rien !
« Catastrophe ! » Me suis-je dit.
« Qu’est ce que je vais pouvoir bien faire maintenant ! »
J’ai fini, bon an, mal an mon analyse en essayant de masquer mon désarroi.

La culture visuelle et cinématographique des élèves peut être parfois bien éloignée de la mienne. Ce sont pourtant des élèves qui ont un goût pour l’image et le cinéma en général mais voilà, parfois, le décalage est là...

Je n’ai pas pour autant laissé tomber l’affaire et en septembre 2009, la classe a travaillé sur la couverture DVD du film. Ce fut l’occasion de regarder des extraits du film et d’en analyser le fonctionnement.
Au début, il s’agit d’une jeune femme moderne et indépendante qui ose aborder un homme (pour l’époque, c’est avant-gardiste !) dans la boutique d’un marchand d’oiseaux.

Elle va jusqu’à utiliser un prétexte quelconque pour revoir cet homme chez lui, dans sa famille. À ce moment là du film, les oiseaux sont maîtrisés, mis en cage et ne font pas peur. D’ailleurs Hitchcock s’amuse et nous fait rire. Certains élèves diront : « Il nous « endort » pour mieux nous faire peur ensuite ». Et c’est ce qui se passe.

Progressivement la menace se manifeste, d’abord par petites touches puis de plus en plus, pour en arriver à cette fameuse scène où, nos héros cloisonnés dans la maison, fenêtres et portes barricadées, se font attaquer par les oiseaux doués d’intelligence qui passent par la cheminée. Suit la scène où une fois le calme revenu, l’héroïne ne peut s’empêcher de pousser la porte du grenier où elle se fait à nouveau attaquer par les oiseaux. Heureusement, son "cher et tendre" la sauve.
Finalement, les héros atteignent leur voiture et s’enfuient.
Personne ne comprend l’origine de ces manifestations et Hitchcock nous laisse seuls devant cette angoisse de l’inconnu, de ce que l’on ne comprend pas, ce que l’on ne maîtrise pas.

affiche "Signes"

Grâce au film, j’ai trouvé une passerelle avec d’autres films que les élèves connaissent mieux. En effet, en remplaçant « les oiseaux » par les « extra-terrestres », on retrouve la trame du film « Signes » de M. Night Shyamalan avec Mel Gibson.

L’angoisse y est progressive et le questionnement est le même. Chaque film s’appuie sur ce qui est encore de nos jours inexpliqué pour provoquer la peur.

On pourra s’appuyer sur la bande annonce du film tournée par Hitchcock lui-même pour comprendre l’humour qui le caractérise, ainsi que la bande annonce du film « signes » en version originale.


Résultats graphiques pour la couverture du DVD :
Planches de recherches et maquette client.

Planches de recherches
couverture DVD Laura
couverture DVD Marion
couverture DVD Jérémy
Contact
Accessibilité
Mentions légales
RSS
Académie de Poitiers, Rectorat, 22 rue Guillaume VII le Troubadour BP 625 86022 Poitiers Cedex