Accueil : Arts Appliqués
Accueil >> Enseigner >> Livres >> Tracy Chev...

article Tracy Chevalier, L’innocence, Folio     -    publié le 31/10/2008

Un nouveau roman de Tracy Chevalier – dont on a lu La jeune fille à la perle (où nous rencontrions le peintre Vermeer de Delft), La Dame à la licorne (qui mettait en scène artistes et artisans, réunis autour d’une œuvre qui les épuise mais leur survivra).

Dans L’innocence apparaît cette fois la haute stature mystique du poète et graveur William Blake.

tracy_chevalier

Au cœur du Londres du XVIII° siècle, près et proche des petites gens qui survivent et cherchent réconfort, chacun à sa façon : le personnage puissant, loyal, soucieux d’équité, de William Blake.

Au cœur de Londres, au XVIII° siècle, dont on retient l’air vicié, les fumées de charbon acres et lourdes, le brouillard humide où fuient des ombres en peine, il y a le cirque de Philip Astley : un point lumineux dans la nuit, qui attire et qui offre du rêve – et plus de lumière et l’oubli un instant du lendemain.

Au cœur de Londres, autour du chapiteau du cirque, qui vient qui passe et puis s’en va, ils sont quelques-uns : Maisie, la rurale émigrée à la ville ; Maggie la Londonienne délurée et initiatrice ; Thomas l’artisan-chaisier, Jem, Charlie, Bet, Miss Devine l’écuyère, John Astley le cavalier merveilleux ; les Butterfield, les Kellaway et d’autres, à attendre, à désirer, à espérer, à porter leur charge, parfois résignés, parfois révoltés, parfois enthousiastes ou insouciants. Et dans la maison des Blake, le grand William écrit des poèmes subtils, aux significations profondes ; des chansons aussi. Et il crée ces images cosmiques, ces gravures, créations de l’esprit et du cœur où puiser une nourriture spirituelle pour le voyage de l’existence.

La Révolution gronde en France…Elle inquiète l’Angleterre. En marge de ce tumulte, se dresse impassible, droit, William Blake au bonnet rouge, et le peuple excité demande sa punition.

William Blake et sa discrète épouse tiennent leur maison ouverte. C’est le havre de paix, quand la vie se montre cruelle. Les petits, les humbles y trouvent l’écoute et la compréhension.

En filigrane, William Blake les accompagne sur leur chemin, avec cette foi dans l’homme qui l’anime, avec cette bienveillance, cette compassion qui brillent au cœur de celui seul qui voit. Il leur tend la main pour franchir le gué qui traverse la Rivière, entre la berge de l’« innocence » et celle de l’« expérience ».

Dans ce roman, on voit peu William Blake. Mais il est présent, disponible ; il représente la Permanence de la Mansuétude. Il reçoit. Il accueille. Et il donne.

Tracy Chevalier en a fait une allégorie de celui que la Bible appelle : le Juste – celui qui arrêterait le bras de Dieu, avant que Sa colère n’engloutisse les villes de Sodome et Gomorrhe.

Contact
Accessibilité
Mentions légales
RSS
Académie de Poitiers, Rectorat, 22 rue Guillaume VII le Troubadour BP 625 86022 Poitiers Cedex